Célébration du dimanche 17 juin 2012

Nous sommes dans l'action de grâces.

Nous rendrons grâces au Seigneur pour le cheminement dans la foi des tous les enfants de la catéchèse, marqué par les baptêmes et les premières communions de dimanche dernier. Nous rendrons grâces aussi pour le dynamisme des jeunes de l’aumônerie qui ont réaffirmé leur foi le dimanche de Pentecôte.

Nous porterons dans notre action de grâces les enfants de l’ACE de notre quartier.

Nous remercierons le Seigneur pour le don dans l’espérance de tous les adultes qui, cette année, se sont engagés par le baptême et aussi la confirmation. A eux et à leurs familles, soyez les bienvenus.

Et en ce dimanche, un mot particulier de bienvenue aux religieuses et les amis qui nous ont rejoints pour rendre grâces pour les dix-sept années de vie avec nous des Sœurs du Sacré Cœur de Jésus.

A la veille de la remise des clés de leur appartement, nous rendrons grâces au Seigneur pour ces petites graines semées sur le béton du quartier par Marie-Claire, Marie-Claude, Catherine, Marie-Antoinette, Jeanne, Bernadette, Monique, Anne-Marie, Marguerite. Ces neuf sœurs ont vécu dans la discrétion… et, sans que l’on ne sache pas très bien comment, nous croyons que c’est ainsi que germe et grandit le règne de Dieu dont nous parle l’Evangile d’aujourd’hui. Les 9 lumignons autour du cierge pascal nous rappellent ces étincelles de vie qu’elles laissent dans nos histoires.

Entre tristesse et perplexité, nous nous demandons, depuis quelques temps, ce que le Seigneur veut nous dire par tous ces évènements qui nous bousculent. Comment entretenir les graines qu’elles ont semées ? Quelle place prenons-nous, les chrétiens de l’Argonne, dans la vie de cette Galilée des nations, là où « le Christ nous rejoint » ?

Gardons dans nos cœurs ce que Anne-Marie et Marguerite nous écrivent dans la feuille paroissiale de ce mois : dans l’action de grâce, en tant que Sœurs du Sacré Cœur de Jésus, nous partons pour un ailleurs, riche de tout ce vécu… Nous vous quittons avec la certitude que tout ce que nous avons semé avec vous, et vous avec nous, continuera de germer et de porter du fruit. Telle est notre espérance.
Témoignage : Sœur Anne-Marie et Sœur Marguerite

Article

Article de la République du centre à consulter absolument :
« L’adieu à des sœurs de cœur » [1 514 KB]

Temps de convivialité après la célébration

Le Chœur de notre paroisse

Notre chœur a fait peau neuve.
« Il y a quelques années, une communauté de religieuses apostoliques vivant en appartement dans le Loiret a du quitter leur quartier. Avant de le faire elles ont offert l’autel de leur oratoire au Carmel qui, à son tour, vient d’en faire don à notre paroisse. Ainsi, le jour où la communauté des sœurs du Sacré Cœur de Jésus quitte notre quartier, cet autel prend place au sein de notre église de St Jean Bosco. Le lien est ainsi fait entre celles qui partent et la table de l’Eucharistie autour de laquelle continueront de se rassembler les chrétiens de ce quartier. C’est, d’une certaine manière, le témoin qui se passent des communautés les unes aux autres. Cet autel qui reprend de manière heureuse les matériaux de notre église, bois, béton et vitraux, refait par un habitant du quartier, menuisier-ébéniste, prend sa place dans un espace renouvelé lui aussi, ce qui le met en valeur et lumière. »
Un grand merci à ceux qui ont œuvré à cette belle réalisation. Un grand merci également pour le don de cet autel qui s'harmonise parfaitement avec l'église.

Monique notre sœur

En souvenir de notre sœur Monique

Le 7 Décembre, plus de 50 personnes se sont retrouvées dans la salle du presbytère de l'Argonne pour évoquer le souvenir de Monique et pour rappeler toutes les richesses qu'elle nous a données et que nous devons faire fructifier. L'écoute du conte « les fils du tisserand », qu'elle avait lu sur RCF, les témoignages des nombreuses associations auxquelles elle se donnait à fond, la paroisse, l'atelier-chant, la voix émouvante de Cynthia et le morceau de flûte exécuté par Bénédicte, les habitants de l'Argonne et les nombreuses interventions spontanées, tout cela nous remplissait d'émotion ; un lien important nous unissait car tous nous évoquions sa présence, sa disponibilité, son écoute, ses encouragements et, par-dessus tout, son sourire, sa joie, sa foi......
Nous ne pouvions pas être tristes car nous avions tous conscience que ce qu'elle nous a donné, nous avons le devoir de le transmettre. Apportons autour de nous, le réconfort, la joie, mais une joie réaliste et bien vivante, ouverte à la nouveauté et capable d'émerveillement.
Monique, notre soeur, continue à nous envoyer l'impulsion de la vie que tu nous as donnée.
Merci