7 et 8 mars 2020
Intervention de Mgr Michel Cartatéguy,
évèque émérite de Niamey (Niger)
Invité par le groupe " Chrétiens Aujourd'hui "

Conférence en images

Les 7 et 8 mars derniers, la communauté paroissiale a accueilli Mgr Michel Cartatéguy, suite à une proposition du groupe « Chrétiens Aujourd’hui Orléans » qui se réunit habituellement aux Blossières.
Les soeurs de l’Assomption, dont certaines ont oeuvré au Niger, ont saisi l’occasion de reprendre contact avec le P. Michel autour du déjeuner et avec leur supérieure provinciale.
Le témoignage du P. Michel, après 37 années au Niger nous a éclairé sur la situation particulière de cette population islamisée à 99 %, entourée de pays instables et vivant dans une grande pauvreté.
Jusqu’à ces dernières années, la petite communauté chrétienne (catholiques et protestants) était plutôt bien acceptée, car soucieuse de dialogue respectueux et de développement. A partir de 2011 – intervention occidentale et chute de Kadhafi – la situation s’est dégradée : des armes sont disséminées et des groupes violents commencent à perpétrer des attentats contre les communautés (enlèvements et incendies). C’est ainsi que plusieurs églises et batiments religieux ont été incendiés, en particulier à Niamey et Zinder (au nord-est) en 2015.
Le Père Michel, face à cette situation, comme précédemment, a toujours privilégié le dialogue et la réconciliation, et il a souvent été sollicité par les autorités pour apaiser les tensions.
A la suite de ces événements, Mgr Cartatéguy a réalisé que cette image de l’Occident portait préjudice à sa propre place d’évèque venant de France, et qu’il était préférable pour la communauté chrétienne, qu’il s’efface au profit du P. Laurent, évèque auxiliaire qu’il avait préparé à sa succession, tout cela en conformité avec sa devise : « Il faut qu’Il grandisse et que je diminue. »
Au Niger, le taux de fécondité reste proche de 7 enfants par femme. Dans ce pays très pauvre – malgré les minerais comme l’uranium – beaucoup de jeunes restent sans formation et sans travail, donc sans avenir. Le P. Michel estime qu’il leur reste à choisir entre la violence et l’exil. Zinder et Agadès sont parmi les principaux points de passage vers la Libye où beaucoup partaient déjà travailler avant 2010. A l’époque, des Nigériens lui avaient dit : « Surtout, ne touchez pas à la Libye. »
Aujourd’hui, Mgr Cartatéguy est conseiller provincial dans son institut religieux – les Missions Africaines de Lyon – et il remplit une mission de formation auprès des prêtres africains du Diocèse de Lyon. Il a accepté de participer à la messe dominicale à Don Bosco ce 8 mars.
Le groupe « Chrétiens aujourd’hui » remercie chaleureusement la communauté d’avoir rendu possible cette belle rencontre.
Etienne Delécrin (pour le groupe Chrétiens Aujourd’hui )