Le carême, temps de grâce est là, à notre porte

"Quarante jours pour se laisser aimer par Dieu
et pour répondre à son amour en nous aimant les uns les autres."

Le carême débute le mercredi 6 mars 2019, jour du mercredi des Cendres et s’achève le Jeudi Saint, le 18 avril 2019, avant la célébration de la Cène du Seigneur. Pensons-y dès maintenant, sinon nous risquerions de nous retrouver à Pâques en étant passé à côté de ce temps de grâce, temps de cheminement et de préparation intérieure. Moment important et privilégié de pèlerinage intérieur et de conversion pour se préparer à la joie de Pâques. Nous sommes invités, durant ce temps de carême, à méditer l’amour infini de Dieu pour tous les hommes, à travers la passion et la mort de son Fils Jésus Christ. Profitons de ce temps précieux pour vivre autrement, faisons attention à ne pas « gaspiller ». C’est le moment de nous centrer sur l’essentiel, de réveiller notre foi, de nous remettre en marche pour porter la joie de l’Evangile. Mettons tout en œuvre et prenons le temps de regarder ce qui se vit pour faire grandir la fraternité, la solidarité. Soyons disponible à l’autre, ouvrons nos portes pour recevoir et pour donner. Que ce Carême soit l’occasion de nous soutenir les uns les autres sur la route de Pâques et de « tisser ensemble une terre solidaire ». Sourions tous les jours et marchons ensemble avec sérieux mais avec joie sur ce chemin qui mène à Pâques !
Heureux et fructueux carême ! Que la joie de Pâques nous gagne !

Micro-Formation

A 11h00 , tous les dimanches du Carême, Mme Dominique Vasset nous aidera à comprendre des mots de la foi !
Soyons à l’heure !

CARÊME

Le mot Carême vient du Latin quadragesima dies le quarantième jour avant Pâques. C'est donc une période de 40 jours consacrée à la préparation de la fête de Pâques. Cette année le Carême a commencé mercredi 6 mars et s'achèvera le 18 avril jeudi saint avant la célébration de la Cène ou dernier repas du Christ. Les dimanches jours où l'on célèbre la résurrection du Christ ne sont pas comptés dans le temps de Carême.
Pourquoi 40 jours ? Dans la bible 40 est un chiffre symbolique qui indique un temps de préparation à de nouveaux commencements. Les 40 jours du Carême font référence aux 40 ans passés dans le désert par le peuple hébreux entre la sortie d'Egypte et l'entrée en Terre Promise, et aux 40 jours passés par le Christ dans le désert entre son baptême et le début de sa vie publique. Dans les deux cas on voit que ce temps est une préparation à une nouvelle vie. Les hébreux qui étaient esclaves en Egypte se préparent à vivre libres dans la Terre Promise et le Christ qui jusque-là était artisan de Nazareth se prépare à sa nouvelle vie de prédicateur itinérant rejeté par les autorités religieuses de son temps.

Nous aussi pendant ces 40 jours de préparation à une vie renouvelée nous sommes invités à prendre le temps et les moyens concrets pour nous aider à discerner les priorités de notre vie. 40 jours un temps différent pour être réceptif à la parole de Dieu et la mettre en pratique.

PÉNITENCE

Inévitablement pendant le Carême on pense au mot Pénitence. Mais est ce que nous en comprenons bien le sens ?
Vient du latin Paenitencia qui veut dire repentir, regret. Faire pénitence c'est avoir des regrets, du repentir. Quand on a du repentir qu'on regrette ce qu'on fait on décide de faire autrement.
Faire pénitence c'est donc changer d'orientation, s'ajuster aux paroles du Christ dans l'évangile, paroles qui nous sont données pour vivre heureux. Alors évidemment cela demande des efforts, des réconciliations parce que dans l'évangile on nous demande d'aimer les autres, de pardonner, de partager, d'accueillir celui qui vit pas comme nous etc etc... et ce n'est pas facile. C'est là qu'on voit qu'on a déformé le mot pénitence en lui donnant le sens de la souffrance. On a compris faire pénitence = se faire souffrir, se priver etc... Alors que faire pénitence c'est regretter de vivre sans mettre davantage en pratique la parole du Seigneur dans l'évangile et décider de le faire dans l'avenir, malgré les désagréments, les "souffrances" si on veut, qu'il va falloir affronter pour y arriver.
Cependant nous savons que cela nous conduira au bonheur que le Seigneur veut pour chacun de nous. On lit l'évangile de Jean "Moi je suis venu pour que les hommes aient la vie et qu'ils l'aient en abondance Jn 10,10
Le Carême est le moment pendant lequel nous nous aidons les uns les autres à améliorer notre façon de vivre, et donc à faire pénitence.

Un temps de conversion
La durée du Carême, quarante jours sans compter les dimanches, fait en particulier référence aux quarante années passées au désert par le peuple d'Israël entre sa sortie d'Égypte et son entrée en terre promise; elle renvoie aussi aux quarante jours passés par le Christ au désert (Matthieu 4, 1-11) entre son baptême et le début de sa vie publique. Ce chiffre de quarante symbolise les temps de préparation à de nouveaux commencements. C’est un temps de préparation, de conversion spirituelle pour essayer d’être plus vrai, face à Dieu, face aux autres et face à soi-même dans l’attente de Pâques.

Le Carême est un temps de pénitence et de conversion
La prière purifie nos intentions et élève tout ce que nous faisons vers Dieu.
Le jeûne nous détache du confort et de nous-mêmes.
L’aumône nous rappelle notre solidarité avec les pauvres de la grande famille de Jésus et que la vraie richesse n’est pas dans les choses mais dans l’amour de Dieu.

Préface de la messe du premier dimanche du Carême
En jeûnant quarante jours au désert, Jésus consacrait le temps du Carême. Lorsqu'il déjouait les pièges du Tentateur, il nous apprenait à résister au péché, pour célébrer d'un cœur pour le mystère pascal et parvenir à la fin à la Pâque éternelle." (Préface de la messe du premier dimanche du Carême)
Site de la conférence des évêques de France

Le Carême : le temps de Dieu, le temps de la prière, le temps de la grâce.
Pour aller plus loin : La Carême en route vers Pâques

Vivre le Carême 2019- CCFD-Terre Solidaire

Le slogan retenu pour 2019 est « devenons semeurs de solidarité ».

A l’occasion du carême, qui aura lieu cette année du 6 mars au 21 avril 2019, le CCFD-Terre Solidaire propose une démarche spirituelle et un appel à la solidarité autour du thème : "Pour vaincre la faim, devenons semeurs de solidarité" c’est le cœur de la mission reçue comme service de l’Église, toujours aussi actuelle car les besoins de la planète vont doubler au cours du siècle.
♥ - Brochure Carême [6 790 KB] ♥ - Kit communication [481 KB] ♥ - Signets [812 KB]

Message du Pape François pour le Carême 2019


«La création attend avec impatience la révélation des fils de Dieu» (Rm 8,19)

Chers frères et sœurs,

Chaque année, Dieu, avec le secours de notre Mère l’Eglise, «accorde aux chrétiens de se préparer aux fêtes pascales dans la joie d’un cœur purifié» (Préface de Carême 1) pour qu’ils puissent puiser aux mystères de la rédemption, la plénitude offerte par la vie nouvelle dans le Christ. Ainsi nous pourrons cheminer de Pâques en Pâques jusqu’à la plénitude du salut que nous avons déjà reçue grâce au mystère pascal du Christ: «Car nous avons été sauvés, mais c’est en espérance»(Rm 8,24). Ce mystère de salut, déjà à l’œuvre en nous en cette vie terrestre, se présente comme un processus dynamique qui embrasse également l’Histoire et la création tout entière. Saint Paul le dit:«La création attend avec impatience la révélation des fils de Dieu» (Rm 8,19). C’est dans cette perspective que je souhaiterais offrir quelques points de réflexion pour accompagner notre chemin de conversion pendant le prochain carême.

1. La rédemption de la Création
La célébration du Triduum pascal de la passion, mort et résurrection du Christ, sommet de l’année liturgique, nous appelle, chaque fois, à nous engager sur un chemin de préparation, conscients que notre conformation au Christ (cf. Rm 8,29) est un don inestimable de la miséricorde de Dieu.
Si l’homme vit comme fils de Dieu, s’il vit comme une personne sauvée qui se laisse guider par l’Esprit Saint (cf. Rm 8,14) et sait reconnaître et mettre en œuvre la loi de Dieu, en commençant par celle qui est inscrite en son cœur et dans la nature, alors il fait également du bien à la Création, en coopérant à sa rédemption. C’est pourquoi la création, nous dit Saint Paul, a comme un désir ardent que les fils de Dieu se manifestent, à savoir que ceux qui jouissent de la grâce du mystère pascal de Jésus vivent pleinement de ses fruits, lesquels sont destinés à atteindre leur pleine maturation dans la rédemption du corps humain. Quand la charité du Christ transfigure la vie des saints – esprit, âme et corps –, ceux-ci deviennent une louange à Dieu et, par la prière, la contemplation et l’art, ils intègrent aussi toutes les autres créatures, comme le confesse admirablement le «Cantique des créatures» de saint François d’Assise (cf. Enc. Laudato Sì, n. 87). En ce monde, cependant, l’harmonie produite par la rédemption, est encore et toujours menacée par la force négative du péché et de la mort.

2. La force destructrice du péché
En effet, lorsque nous ne vivons pas en tant que fils de Dieu, nous mettons souvent en acte des comportements destructeurs envers le prochain et les autres créatures, mais également envers nous-mêmes, en considérant plus ou moins consciemment que nous pouvons les utiliser selon notre bon plaisir. L’intempérance prend alors le dessus et nous conduit à un style de vie qui viole les limites que notre condition humaine et la nature nous demandent de respecter. Nous suivons alors des désirs incontrôlés que le Livre de la Sagesse attribue aux impies, c’est-à-dire à ceux qui n’ont pas Dieu comme référence dans leur agir, et sont dépourvus d’espérance pour l’avenir (cf. 2,1-11). Si nous ne tendons pas continuellement vers la Pâque, vers l’horizon de la Résurrection, il devient clair que la logique du «tout et tout de suite», du «posséder toujours davantage» finit par s’imposer.

La cause de tous les maux, nous le savons, est le péché qui, depuis son apparition au milieu des hommes, a brisé la communion avec Dieu, avec les autres et avec la création à laquelle nous sommes liés avant tout à travers notre corps. La rupture de cette communion avec Dieu a également détérioré les rapports harmonieux entre les êtres humains et l’environnement où ils sont appelés à vivre, de sorte que le jardin s’est transformé en un désert (cf. Gn 3,17-18). Il s’agit là du péché qui pousse l’homme à se tenir pour le dieu de la création, à s’en considérer le chef absolu et à en user non pas pour la finalité voulue par le Créateur mais pour son propre intérêt, au détriment des créatures et des autres.

Quand on abandonne la loi de Dieu, la loi de l’amour, c’est la loi du plus fort sur le plus faible qui finit par s’imposer. Le péché qui habite dans le cœur de l’homme (cf. Mc 7, 20-23) – et se manifeste sous les traits de l’avidité, du désir véhément pour le bien-être excessif, du désintérêt pour le bien d’autrui, et même souvent pour le bien propre – conduit à l’exploitation de la création, des personnes et de l’environnement, sous la motion de cette cupidité insatiable qui considère tout désir comme un droit, et qui tôt ou tard, finira par détruire même celui qui se laisse dominer par elle.

3. La force de guérison du repentir et du pardon
C’est pourquoi la création a un urgent besoin que se révèlent les fils de Dieu, ceux qui sont devenus “une nouvelle création” : «Si donc quelqu’un est dans le Christ, il est une créature nouvelle. Le monde ancien s’en est allé, un monde nouveau est déjà né» (2 Co 5,17). En effet, grâce à leur manifestation, la création peut elle aussi «vivre» la Pâque: s’ouvrir aux cieux nouveaux et à la terre nouvelle (cf. Ap 21,1). Le chemin vers Pâques nous appelle justement à renouveler notre visage et notre cœur de chrétiens à travers le repentir, la conversion et le pardon afin de pouvoir vivre toute la richesse de la grâce du mystère pascal.

Cette“impatience”, cette attente de la création, s’achèvera lors de la manifestation des fils de Dieu, à savoir quand les chrétiens et tous les hommes entreront de façon décisive dans ce “labeur” qu’est la conversion. Toute la création est appelée, avec nous, à sortir «de l’esclavage de la dégradation, pour connaître la liberté de la gloire donnée aux enfants de Dieu» (Rm 8,21). Le carême est un signe sacramentel de cette conversion. Elle appelle les chrétiens à incarner de façon plus intense et concrète le mystère pascal dans leur vie personnelle, familiale et sociale en particulier en pratiquant le jeûne, la prière et l’aumône.

Jeûner, c’est-à-dire apprendre à changer d’attitude à l’égard des autres et des créatures: de la tentation de tout “dévorer” pour assouvir notre cupidité, à la capacité de souffrir par amour, laquelle est capable de combler le vide de notre cœur. Prier afin de savoir renoncer à l’idolâtrie et à l’autosuffisance de notre moi, et reconnaître qu’on a besoin du Seigneur et de sa miséricorde. Pratiquer l’aumône pour se libérer de la sottise de vivre en accumulant toute chose pour soi dans l’illusion de s’assurer un avenir qui ne nous appartient pas. Il s’agit ainsi de retrouver la joie du dessein de Dieu sur la création et sur notre cœur, celui de L’aimer, d’aimer nos frères et le monde entier, et de trouver dans cet amour le vrai bonheur.

Chers frères et sœurs, le «carême» du Fils de Dieu a consisté à entrer dans le désert de la création pour qu’il redevienne le jardin de la communion avec Dieu, celui qui existait avant le péché originel (cf. Mc 1,12-13; Is 51,3). Que notre Carême puisse reparcourir le même chemin pour porter aussi l’espérance du Christ à la création, afin qu’«elle aussi, libérée de l’esclavage de la dégradation, puisse connaître la liberté de la gloire donnée aux enfants de Dieu» (cf. Rm 8,21). Ne laissons pas passer en vain ce temps favorable! Demandons à Dieu de nous aider à mettre en œuvre un chemin de vraie conversion. Abandonnons l’égoïsme, le regard centré sur nous-mêmes et tournons-nous vers la Pâque de Jésus: faisons-nous proches de nos frères et sœurs en difficulté en partageant avec eux nos biens spirituels et matériels. Ainsi, en accueillant dans le concret de notre vie la victoire du Christ sur le péché et sur la mort, nous attirerons également sur la création sa force transformante.
Du Vatican, le 4 octobre 2018,
Fête de Saint François d’Assise.
FRANÇOIS

Plusieurs temps :
Le mercredi des cendres, les enfants de la catéchèse des trois paroisses seront présents et auront fabriqué un arbre de Carême. Il sera orné de cœurs gris pour symboliser ce qui est à jeter, verts pour les actes de conversion et d'un feuillage composé de mains pour les actions du Carême. Le thème est "Les 3 P" Prière, Pardon et Partage

Le premier dimanche de carême 10 mars, les catéchumènes seront à St Cyr en Val pour le temps de l'appel décisif. Nous suivrons les lectures de l'année C ce dimanche là. C'est l'évangile de Jésus au désert. Un décor sous forme de chemins en sable se dirigeant vers l'arbre de Carême sera réalisé. Nous serons invités à prendre une petite pierre grise à l'entrée de l'Eglise et à la déposer juste avant la PU sur l'un des chemins en sable. Cela symbolisera notre entrée au désert sur le chemin de la prière, le chemin de la rencontre avec Dieu. Le gris symbolisera nos tentations.

Le second dimanche est animé par la catéchèse (enfants de Don Bosco seulement), nous avons pensé distribuer des cœurs verts sur lesquels les gens écriront leurs actes de conversion, ces cœurs seront déposés dans une corbeille au moment de la prière universelle. Cela rappellera aux enfants ce qu'ils ont fait pour le mercredi des cendres. Nous suivons aussi les lectures de l'année C.

Les 3ème, 4ème et 5ème dimanches seront les scrutins des catéchumènes, les évangiles seront ceux de l'année A.

Carême, Synode... bol de soupe ou de riz !
Les "vendredi de Carême" à 19h30, au presbytère, nous continuons avec cette belle initiative : temps de prière pour se préparer au dimanche et temps convivial autour du partage du bol de soupe ou de riz préparé par différents groupes de la paroisse.
Et si j’invitais autour de moi?
Une belle occasion pour inviter un ami, une voisine, un membre de ma famille... Un jeune, un refugié, une personne blessée par la vie... à venir partager ce bol de soupe... à voir tout simplement comment notre prière peut alimenter notre manière de vivre!

Partage du dimanche avec le panier de Pâques
Chaque dimanche
– possibilité de déposer dans des paniers à l’entrée de l’église des biens à partager avec ceux qui en ont besoin au sein de notre quartier. Cette année, l’association Secours populaire de notre quartier a besoin de nourriture pour bébé !
Mais tous les autres biens sont les bienvenus !

Offrande de Carême pour le CCFD 7 avril 2019
Dans la marche vers Pâques, chacun pourra soutenir par un don les projets mis en œuvre par les partenaires du CCFD. Remettons notre enveloppe le 5e dimanche de Carême. MERCI !

♥♥♥ - Ta foi t'a sauvée - Retraite Carême dans la ville avec les Dominicains

♥♥♥ - Prêhée par Mgr Jachiet Retraite sur mavocation.org

♥♥♥ - Chemin pascal avec Édith Stein - Retraite avec les Carmes

♥♥♥ - Heureux...! - Retraite avec Notre-Dame du Web (famille ignatienne)

♥♥♥ - Carême à domicile - Retraite avec Carême Chrétien

♥♥♥ -En route vers Pâques ! - Retraite pour les 10-15 ans avec Carême Chrétien

♥♥♥ - Un chemin de Carême avec les enfants - Une proposition de l'action catholique des enfants

♥♥♥ - Avec Croire.com, à l'école des mystiques

Et encore...

♥♥♥ - Les conseils du pape François pour vivre le carême - à lire sur lavie.fr

♥♥♥ - 10 conseils pour vivre un bon carême avec le Cardinal Daneels
à lire sur www.jeunes-cathos.fr

♥♥♥ - Dans quel esprit aborder le carême ? - un article à retrouver
sur croire.la-croix.com

♥♥♥ - Confesser les péchés et confesser le Seigneur de Cesare Giraudo -
Editions des Quatre Vivants, Mesnil-Saint-Loup
Un magnifique livre pour accompagner l’ouverture du Carême :
commentaire du Père Didier Noblot

♥♥♥ - Vidéo  : 10 conseils pour ce carême - croire.la-croix


Prières

7 flammes à réveiller pour le carême

Cendres, Carême, Prière, Jeûne, Joie, Partage, Pardon. 7 flammes qui donneront à notre Carême de l’éclat, de la vie. Choisissons et vivons notre Carême en intégrant ces 7 éléments dans nos vies. Ou en mettant plus en valeur l’une ou l’autre de ces flammes, au cours du Carême.

1ère flamme - Cendres :
Sous les cendres, les braises peuvent encore brûler. Si je souffle même sur une toute petite braise, je peux produire une flamme. La foi est aussi comme cette braise : elle a besoin du souffle de Dieu pour devenir source de lumière et de chaleur. Accueillons le souffle de Dieu dans notre vie tout au long de ce Carême.

2ème flamme - Carême :
Quand nous entendons le mot Carême, nous pensons à un long temps de préparation pour Pâques. Cette préparation se vit de 3 façons concrètes : la prière, le pardon et le partage. Nous pourrions nous engager à améliorer notre vie de prière, à demander le pardon dans une démarche de réconciliation et à partager nos ressources avec les gens qui en auraient besoin.

3ème flamme - Prière :
La prière, c’est communiquer avec Dieu, lui parler et l’écouter. Pour prier, il n’est pas nécessaire de se mettre à genoux à l’église. La prière peut se vivre en invitant le Seigneur à habiter chaque moment de ma journée, en lui parlant avant de m’endormir, en lisant un livret de prières ou de réflexions chrétiennes, en faisant une marche dans la nature... Pendant le Carême, nous sommes invités à développer notre vie de prière.

4ème flamme - Jeûne :
Le jeûne, c’est se priver non seulement de nourriture, mais de toute chose qui prend de la place dans nos vies. Nous pouvons nous priver de quelques heures de télévision ou d’Internet par semaine ; nous pouvons choisir de dépenser moins d’argent ; etc. De plus, nous pouvons choisir un jour par semaine où nous ferons plus attention à ce que nous mangeons. Le jeûne n’est pas seulement un geste de pénitence, mais aussi un geste de solidarité avec les gens dans le besoin ; c’est une invitation au partage. Pendant ce temps du Carême, adoptons un comportement de jeûne au moins une fois par semaine.

5ème flamme - Joie :
Réjouissons-nous ! Dieu nous aime sans limites. Peut-il y avoir de la joie pendant le Carême ? Le Carême, ce n’est pas un temps de malheur, c’est un temps pour se rappeler l’importance de notre foi. C’est le temps de donner plus de place au Seigneur à l’intérieur de nos journées. Et Dieu n’aime pas la tristesse, il aime la vie. Comme un bon feu qui brille et qui réchauffe, nous pouvons vivre un Carême dans la joie.

6ème flamme - Partage :
Pendant le Carême nous sommes invités à penser aux personnes qui souffrent, spécialement celles qui vivent des situations de famine, de guerre ou d’injustice. Quelques façons concrètes pour les aider : participer à la collecte du CCFD, acheter des produits équitables, ne pas contribuer à la pollution de la planète, prendre sa place dans la vie de notre paroisse, etc. L’important c’est de réaliser que même les plus petits gestes peuvent aider l’humanité. Le Carême est un temps pour agir.

7ème flamme - Pardon :
Accorder un pardon ou demander à être pardonné, aucune de ces 2 démarches n’est facile. Il faut faire preuve d’humilité. Le Carême nous appelle à la réconciliation. « Pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés ». Demandons au Seigneur la sagesse de demander et d’accorder le pardon. Pendant ce Carême, profitons de la célébration du pardon pour nous réconcilier avec des personnes qui nous sont chères et pour nous réconcilier avec Dieu notre Père.


1 - Cendres : c’est attiser le feu de la foi qui brûle en nous, en laissant le Seigneur entrer dans notre vie.

2 - Carême : c’est mettre en pratique la prière, le pardon et le partage.

3 - Prière : c’est faire de la place dans nos journées pour rencontrer Dieu.

4 - Jeûne : c’est se priver afin d’être solidaires des personnes dans le besoin.

5 - Joie : c’est apporter de la joie dans nos rencontres, dans notre travail et avec les autres.

6 - Partage : c’est donner à ceux qui sont dans le besoin, mais aussi faire attention à ne pas gaspiller.

7 - Pardon : c’est se réconcilier avec une personne, avec Dieu, ou avec les deux… En recevant les cendres, nous reconnaissons notre faiblesse, notre péché, sur la route.

Mais nous sommes décidés à continuer la route de l’Evangile :
- En faisant confiance au Père de vie,
- En mettant en actes la parole du Fils
- En nous laissant éveiller par l’Esprit Saint.
Recevons le signe des marcheurs de l’Evangile !

Vivre le Carême avec les enfants

Célébration pénitentielle - Confession

Célébration pénitentielle collective et confession individuelle ?
La vie n’est possible que si nous savons pardonner, nous réconcilier avec nous mêmes, avec les autres et avec Dieu. Le sacrement de la réconciliation nous invite à reconnaître que l’amour de Dieu nous permet de dépasser les conflits.

**CONFESSIONS INDIVIDUELLES **
Samedi 20 avril de 10h00 à 12h00

Evangile


Liturgie du Carême année C

6 mars 2019 Entrée en Carême

Mercredi des Cendres : 6 mars - 19h00 - Paroisse st Jean BOSCO
Le mercredi des cendres, le prêtre marque d’une croix le front des fidèles avec les cendres pour les appeler à la conversion. Il leur dit "Convertissez-vous et croyez en la Bonne Nouvelle." Les cendres : ce sont les rameaux bénis l’année précédente qui sont brûlés le mardi soir (mardi gras), veille du mercredi des cendres.

Dimanche 10 mars 2019

Les Tentations
Je mets de la simplicité dans ma vie.
« L’homme ne vit pas seulement de pain, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu » (Mt 4, 4b)

Dimanche 17 mars 2019

La Transfiguration
Je loue la création.
« Maître, il est bon que nous soyons ici ! » (Lc 9, 33)
« Tenez bon dans le Seigneur. » (Ph 4, 1)

Dimanche 24 mars 2019

La Conversion
Je jeûne.
« Convertissez-vous car le royaume de Dieu est tout proche.» (Mt 4, 17) « Celui qui se croit solide, qu’il fasse attention à ne pas tomber. » (1 Co 10, 12)

Dimanche 31 mars 2019

La Réconciliation
Je fais un geste auprès des plus pauvres en m'impliquant.
« Laissez-vous réconcilier avec Dieu » (2 Co 5, 20)
« Mon fils était mort, et il est revenu à la vie ; il était perdu, et il est retrouvé » (Lc 15, 21)

Dimanche 7 avril 2019

Appelés à porter du fruit
Je suis solidaire d'une action à l'international (CCFD, association auprès de migrants, ...)

Ne manquons pas cette semaine sainte !

Dimanche 14 avril 2019 : Dimanche des Rameaux

MESSE - 11h00 - PAROISSE st Jean BOSCO
Dimanche des Rameaux - Accueillez comme Jésus !
Six jours avant la fête de la Pâque juive, Jésus vient à Jérusalem. La foule l'acclame lors de son entrée dans la ville. Elle a tapissé le sol de manteaux et de rameaux verts, formant comme un chemin royal en son honneur. En mémoire de cet événement, les catholiques viennent à l'église, ce jour-là, avec des rameaux (de buis, olivier, laurier ou palmier, selon les régions) que le prêtre bénit au début de la messe. Les fidèles les emportent ensuite chez eux pour orner leur crucifix jusqu'au dimanche des Rameaux de l'année suivante.

MARDI 16 mars 2019 : Messe Chrismale

MESSE CHRISMALE - Église de la Madeleine à Montargis - MARDI 16 avril 2019 - 18H00
C’est la messe célébrée pendant cette semaine au cours de laquelle l’évêque bénit les huiles saintes et consacre le Saint Chrême. Ce nom vient du mot grec chrisma qui signifie onction. C’est une messe diocésaine, moment fort qui rassemble tous les prêtres, diacres et fidèles laïcs qui le veulent autour de l’évêque. Au cour de la messe, chacun renouvelle solennellement ses engagements de service du Christ et de l’Église. L’évêque bénit l’huile des catéchumènes (utilisée au cours des étapes qui mènent les adultes au baptême), l’huile des malades (utilisée pour l’onction des malades, ou sacrement des malades). Il consacre le Saint Chrême, huile parfumée utilisée pour les sacrements du baptême, de la confirmation et de l’ordination des évêques et des prêtres

Jeudi 18 avril 2019 : Jeudi Saint

CÉLÉBRATION DE LA CÈNE - Donnez comme Jésus !
JEUDI 18 avril - 19H00 - PAROISSE st Jean BOSCO
On y célèbre la messe en mémoire de la Cène, c’est à dire le dernier repas du Christ au cours duquel il institue l’Eucharistie (la messe). L’Église catholique rattache aussi à ce dernier repas l’institution du sacerdoce, puisque le Christ dit à ses apôtres : “Faites ceci en mémoire de moi”. C’est donc une fête particulière pour les prêtres. Au cours de la messe, le célébrant procède au rite du “lavement des pieds”, en référence à la scène décrite dans l’évangile de Jean (Jn 13) où Jésus se fait serviteur des disciples en leur lavant les pieds. Geste fort qui signifie qu’à l’image du Christ, tous les chrétiens sont appelés à se mettre aux pieds, au service, de leurs frères et sœurs. A la fin de la messe, tous sont invités à adorer le Corps du Christ en son Eucharistie.

Vendredi 19 avril 2019 : Vendredi Saint

Vendredi 19 avril - 15h00 : Chemin de Croix - st Jean Bosco

VENDREDI 19 avril - 19H00 - Aimez comme Jésus !
CÉLÉBRATION DE LA PASSION PAROISSE ST St MARC
C’est le jour où l’on célèbre la passion du Christ et sa mort sur la croix (la veille du sabbat selon les évangiles). “Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime”, c’est le sens que Jésus donne lui-même à sa mort dans l’évangile de Jean (Jn 15, 13). Deux célébrations ce jour-là, mais pas de messe : c’est le jour de la souffrance et de la mort du Christ.
– Le chemin de croix, célébré dans de nombreuses églises (la plupart du temps à 15h, heure présumée de la mort de Jésus). C’est une célébration “en mouvement” au cours de laquelle les participants suivent, en 14 stations, l’itinéraire de Jésus de sa condamnation à sa mise au tombeau. Au cours de cette célébration, on s’associe à la souffrance de Jésus et à celle des hommes et femmes à travers le monde.
– la célébration de la croix : elle a lieu le soir, on y lit la passion selon saint Jean puis on vénère la croix en procession après avoir entendu une longue prière universelle (à l’intention du monde). Enfin, on y communie aux hosties consacrées la veille.

Samedi 20 avril 2019 - Veillée Pascale

SAMEDI 20 avril - 21H00 - Veillez !
VEILLÉE PASCALE - PAROISSE ST Jean BOSCO
C’est le jour du silence. Le Seigneur repose au tombeau… aucune célébration ni messe dans la journée. Dans la nuit, on célèbre la vigile (ou veillée) pascale. C’est la grande fête de la résurrection du Seigneur, la Célébration par excellence, celle du cœur de la foi chrétienne. Elle commence par le feu nouveau que l’on allume (la plupart du temps à l’extérieur) et que le célébrant bénit. On y allume le cierge pascal, symbole du Christ ressuscité, qui brillera dans le chœur pendant tout le temps pascal et toute l’année aux célébrations de baptême et d’obsèques. L’église est plongée dans le noir et tous y entrent derrière le cierge pascal auquel chaque participant allume un petit cierge, illuminant progressivement l’église. Après le chant de l’exultet, commence la longue liturgie de la Parole au cours de laquelle on proclame 7 lectures et 7 psaumes, retraçant le chemin d’alliance entre Dieu et son peuple depuis le récit des origines. Avant l’évangile de la résurrection, les cloches, silencieuses depuis le jeudi saint, sonnent au chant du Gloria (qui n’a pas été chanté depuis le début du carême) pour acclamer le Christ ressuscité. Puis vient la liturgie baptismale au cours de laquelle les catéchumènes vont recevoir les sacrements de l’initiation chrétienne : le baptême, la confirmation et l’eucharistie (au moment de la communion).

Dimanche 21 AVRIL 2019 : Saint Jour de Pâques

DIMANCHE 21 AVRIL à 11H00 à st JEAN BOSCO
Pâques : Relevez-vous avec Jésus !
Glisser dans la méchanceté et se relever pour accueillir…
Tomber dans la haine et se relever pour pardonner…
S’affaisser dans le péché et se relever pour changer…
S’écrouler dans le découragement et se relever pour avancer encore…
Être pris et couché dans la mort et être relevé par Dieu dans la vie !
C’est Pâques ! Jésus Christ nous relève avec lui du mal, de la mort, de tout ce qui écrase. Dieu nous ressuscite avec le Christ pour vivre avec lui, debout, relevés ! "Le Christ est ressuscité ! Il est vraiment ressuscité !"