En route, vers le Carême

Le carême, un temps pour renaître

Le temps du Carême revêt pour nous une intensité particulière. Du mercredi 17 février, jusqu’à Pâques, le 4 avril, nous sommes invités à vivre ces 40 jours en lien avec notre communauté paroissiale. Grâce à une démarche de conversion, de prière, de recueillement, nous nous préparons à la vie nouvelle que le Christ nous offre, lui qui est ressuscité et présent auprès de nous. Nous prenons conscience de notre chance d’être chrétien. Le Seigneur nous appelle à faire le vide autour de nous pour nous recentrer sur l’essentiel. Nous sommes tous invités à nous mettre continuellement sous son regard afin que nous prenions conscience de son amour immense pour chacun de nous. C’est maintenant le moment de s’ouvrir à Dieu et aux autres. Nous nous mettons en chemin vers Pâques, car Pâques, c’est la communion avec Dieu. Le chemin qui s’ouvre à nous est une démarche d’amour. Parcourons le ensemble et n’ayons pas peur des obstacles que nous rencontrons tous cette année. Que nous puissions nous appuyer les uns sur les autres, mais aussi sur notre communauté toute entière pour grandir dans le Christ. Profitons de ce temps précieux pour vivre autrement, faisons attention à ne pas « gaspiller ». Que ce Carême soit l’occasion de nous soutenir les uns les autres. Réjouissons-nous, il est temps de savourer le carême. Faisons de ce temps de carême une période de fête et soyons des paroissiens joyeux, heureux de répondre à l’invitation du Seigneur.
Heureux et fructueux carême ! Que la joie de Pâques nous gagne !

POUR VIVRE LE CARÊME

C'est quoi le Carême? Diocèse de la réunion

Le Carême c'est quoi ? Diocèse de Moulins

Conférences 2021 de carême

En 2021, les Conférences de carême de Notre-Dame de Paris seront données par le père Guillaume de Menthière, curé de Paris et théologien, à Saint-Germain l’Auxerrois. Chaque dimanche, conférence à 16h30. Rediffusions en direct à 16h30 sur KTO télévision et France Culture ; en différé à 19h45 sur Radio Notre Dame.
** Conférence de carême de Notre-Dame de Paris du 21 février 2021
** Conférence de carême de Notre-Dame de Paris du 28 février 2021
** Conférence de carême de Notre-Dame de Paris du 7 mars 2021
** Conférence de carême de Notre-Dame de Paris du 14 mars 2021
** Conférence de carême de Notre-Dame de Paris du 21 mars 2021
** Conférence de carême de Notre-Dame de Paris du 28 mars 2021

Un temps de conversion
La durée du Carême, quarante jours sans compter les dimanches, fait en particulier référence aux quarante années passées au désert par le peuple d'Israël entre sa sortie d'Égypte et son entrée en terre promise; elle renvoie aussi aux quarante jours passés par le Christ au désert (Matthieu 4, 1-11) entre son baptême et le début de sa vie publique. Ce chiffre de quarante symbolise les temps de préparation à de nouveaux commencements. C’est un temps de préparation, de conversion spirituelle pour essayer d’être plus vrai, face à Dieu, face aux autres et face à soi-même dans l’attente de Pâques.

Le Carême est un temps de pénitence et de conversion
La prière purifie nos intentions et élève tout ce que nous faisons vers Dieu.
Le jeûne nous détache du confort et de nous-mêmes.
L’aumône nous rappelle notre solidarité avec les pauvres de la grande famille de Jésus et que la vraie richesse n’est pas dans les choses mais dans l’amour de Dieu.

Préface de la messe du premier dimanche du Carême
En jeûnant quarante jours au désert, Jésus consacrait le temps du Carême. Lorsqu'il déjouait les pièges du Tentateur, il nous apprenait à résister au péché, pour célébrer d'un cœur pur le mystère pascal et parvenir à la fin à la Pâque éternelle." (Préface de la messe du premier dimanche du Carême)
Site de la conférence des évêques de France

Le Carême : le temps de Dieu, le temps de la prière, le temps de la grâce.
Pour aller plus loin : La Carême en route vers Pâques

Le Carême 2020 avec le CCFD- terre solidaire

Carême 2021 : nous habitons tous la même maison.

Du 17 février au 3 avril 2021, vivons ensemble le carême, malgré les contraintes liées à la situation sanitaire. Plus que jamais nous sommes invités par notre engagement, une prière, ou un don, à nous mobiliser. Inspirée par Laudato Si’ et dans la perspective de la nouvelle encyclique « Fratelli Tutti », la campagne de Carême 2021 sera placée sous le signe de l’Ecologie Intégrale avec pour slogan « NOUS HABITONS TOUS LA MÊME MAISON ». Deux encycliques qui se complètent et nous disent l’importance de préserver la maison commune, tout comme la nécessité de porter un regard auprès de nos frères et sœurs les plus pauvres (Laudato SI&49) « écouter la clameur de la terre, comme la clameur des pauvres » car « tout est lié » (Laudato SI &91 et 92).
A notre disposition :
Un livret d’accompagnement spirituel [5 921 KB]
Un cahier liturgique [1 356 KB] de 8 pages : destiné aux communautés paroissiales, équipes liturgiques et animateurs de célébrations. Il est avant tout consacré au 5ème dimanche.
Un cahier d’animation [5 010 KB] (24 pages) déclinée pour cinq semaines :
● « aimer la Création », en reconnaître les bienfaits,
● « comprendre la Création », s’informer et de comprendre ce qui menace la maison commune ;
● « changer de regard sur la Création », et nos comportements ;
● « s’engager pour la Création », et répondre à l’appel du pape ;
● « Tout est lié » nous sommes « tous unis comme des frères et des sœurs dans un merveilleux pèlerinage… » (LS 92). Un chemin de croix pour le Vendredi Saint est proposé sur le site national.

Message de carême 2021 du pape François

« Voici que nous montons à Jérusalem… » (Mt 20, 18)
Le Carême : un temps pour renouveler notre foi, notre espérance et notre charité

Chers Frères et Sœurs,

En annonçant à ses disciples sa Passion, sa mort et sa résurrection, accomplissant ainsi la volonté de son Père, Jésus leur révèle le sens ultime de sa mission et il les appelle à s’y associer, en vue du salut du monde.

En parcourant le chemin du Carême, qui nous conduit vers les célébrations pascales, nous faisons mémoire de Celui qui nous a aimés «devenant obéissant jusqu’à la mort et la mort de la croix» (Ph 2,8). Dans ce temps de conversion, nous renouvelons notre foi, nous puisons «l’eau vive» de l’espérance et nous recevons le cœur ouvert l’amour de Dieu qui fait de nous des frères et des sœurs dans le Christ. Dans la Nuit de Pâques, nous renouvellerons les promesses de notre baptême pour renaître en hommes et femmes nouveaux par l’intervention du Saint Esprit. L’itinéraire du Carême, comme l’itinéraire chrétien, est déjà entièrement placé sous la lumière de la résurrection, qui inspire les sentiments, les attitudes ainsi que les choix de ceux qui veulent suivre le Christ.

Le jeûne, la prière et l’aumône, tels que Jésus les présente dans sa prédication (cf. Mt 6, 1-18) sont les conditions et les expressions de notre conversion. Le chemin de la pauvreté et du manque (le jeûne), le regard et les gestes d’amour vers l’homme blessé (l’aumône), et le dialogue filial avec le Père (la prière), nous permettent d’incarner une foi sincère, une vivante espérance et une charité active.

1. La foi nous appelle à accueillir la Vérité et à en devenir des témoins, devant Dieu et devant tous nos frères et sœurs.

Pendant ce temps du Carême, recevoir et vivre la Vérité manifestée dans le Christ c’est avant tout se laisser toucher par la Parole de Dieu et qui nous est transmise, de générations en générations, par l’Eglise. Cette Vérité n’est pas une construction de l’esprit qui serait réservée à quelques intelligences supérieures ou séparées. Elle est un message que l’on reçoit et que l’on peut comprendre grâce à l’intelligence du cœur ouvert à la grandeur de Dieu qui nous aime, avant que nous-mêmes en ayons conscience. Cette Vérité c’est le Christ lui-même, qui, en assumant pleinement notre humanité, s’est fait Voie – exigeante, mais ouverte à tous – conduisant à la plénitude de la Vie.

Le jeûne, vécu comme expérience du manque, conduit ceux et celles qui le vivent dans la simplicité du cœur à redécouvrir le don de Dieu et à comprendre notre réalité de créatures à son image et ressemblance qui trouvent en lui leur accomplissement. En faisant l’expérience d’une pauvreté consentie, ceux qui jeûnent deviennent pauvres avec les pauvres et ils « amassent » la richesse de l’amour reçu et partagé. Compris et vécu de cette façon, le jeûne nous aide à aimer Dieu et notre prochain car, comme Saint Thomas d’Aquin l’enseigne, il favorise le mouvement qui amène à concentrer l’attention sur l’autre en l’identifiant à soi-même (cf. Enc. Fratelli tutti, n. 93).

Le Carême est un temps pour croire, c’est-à-dire pour recevoir Dieu dans notre vie et pour le laisser “établir sa demeure” en nous (cf. Jn 14, 23). Jeûner consiste à libérer notre existence de tout ce qui l’encombre, même de ce trop-plein d’informations, vraies ou fausses, et de produits de consommation pour ouvrir la porte de notre cœur à celui qui vient jusqu’à nous, pauvre de tout mais « plein de grâce et de vérité » (Jn 1, 14) : le Fils du Dieu Sauveur.

2. L’espérance, comme “eau vive” qui nous permet de continuer notre chemin

La Samaritaine à qui Jésus demande à boire au bord du puit ne comprend pas lorsqu’il lui dit qu’il peut lui offrir une “eau vive” (Jn 4, 10). Au début, elle pense naturellement à l’eau matérielle. Mais Jésus parle de l’Esprit Saint qu’il offrira en abondance dans le Mystère pascal et qui nous remplira de l’espérance qui ne déçoit pas. Lorsqu’il évoque sa passion et sa mort, Jésus annonce déjà l’espérance en disant : « Le troisième jour, il ressuscitera » (Mt 20, 19). Jésus nous parle de l’avenir grand ouvert par la miséricorde du Père. Espérer, avec lui et grâce à lui, c’est croire que l’histoire n’est pas fermée sur nos erreurs, nos violences, nos injustices et sur le péché qui crucifie l’Amour. Espérer c’est puiser le pardon du Père de son Cœur ouvert.

Dans le contexte d’inquiétude que nous vivons, où tout apparaît fragile et incertain, parler d’espérance pourra sembler provocateur. Le temps du Carême est un temps pour espérer, pour tourner de nouveau le regard vers la patience de Dieu qui continue de prendre soin de sa Création, alors même que nous l’avons souvent maltraitée (cf. Laudato si’, nn. 32, 33, 43, 44). C’est l’espérance en la réconciliation à laquelle Saint Paul nous exhorte avec passion : « Laissez-vous réconcilier avec Dieu » (2Co 5, 20). En recevant le pardon, dans le sacrement qui est au cœur de notre démarche de conversion, nous devenons, à notre tour, des acteurs du pardon. Nous pouvons offrir le pardon que nous avons-nous-mêmes reçu, en vivant un dialogue bienveillant et en adoptant un comportement qui réconforte ceux qui sont blessés. Le pardon de Dieu permet de vivre une Pâque de fraternité aussi à travers nos paroles et nos gestes.

Pendant ce Carême, appliquons-nous à dire « des mots d’encouragements qui réconfortent qui fortifient, qui consolent, qui stimulent » au lieu de « paroles qui humilient, qui attristent, qui irritent, qui dénigrent » (Enc. Fratelli tutti [FR], n. 223). Parfois, pour offrir de l’espérance, il suffit d’être « une personne aimable, […], qui laisse de côté ses anxiétés et ses urgences pour prêter attention, pour offrir un sourire, pour dire une parole qui stimule, pour rendre possible un espace d’écoute au milieu de tant d’indifférence » (ibid., n. 224).

Dans le recueillement et la prière silencieuse, l’espérance nous est donnée comme une inspiration et une lumière intérieure qui éclaire les défis et les choix de notre mission. Voilà pourquoi, il est déterminant de se retirer pour prier (cf. Mt 6, 6) et rejoindre, dans le secret, le Père de toute tendresse.

Vivre un Carême d’espérance, c’est percevoir que nous sommes, en Jésus-Christ, les témoins d’un temps nouveau, dans lequel Dieu veut « faire toutes choses nouvelles » (cf. Ap 21, 1-6). Il s’agit de recevoir et d’offrir l’espérance du Christ qui donne sa vie sur la croix et que Dieu ressuscite le troisième jour : « Soyez prêts à répondre à qui vous demande à rendre raison de l’espérance qui est en vous » (1P 3, 15).

3. La charité, quand nous la vivons à la manière du Christ, dans l’attention et la compassion à l’égard de chacun, est la plus haute expression de notre foi et de notre espérance.

La charité se réjouit de voir grandir l’autre. C’est la raison pour laquelle elle souffre quand l’autre est en souffrance : seul, malade, sans abri, méprisé, dans le besoin… La charité est l’élan du cœur qui nous fait sortir de nous-mêmes et qui crée le lien du partage et de la communion.

« Grâce à l’amour social, il est possible de progresser vers une civilisation de l’amour à laquelle nous pouvons nous sentir tous appelés. La charité, par son dynamisme universel, peut construire un monde nouveau, parce qu’elle n’est pas un sentiment stérile mais la meilleure manière d’atteindre des chemins efficaces de développement pour tous » (FT, n. 183).

La charité est don. Elle donne sens à notre vie. Grâce à elle, nous considérons celui qui est dans le manque comme un membre de notre propre famille, comme un ami, comme un frère. Le peu, quand il est partagé avec amour, ne s’épuise jamais mais devient une réserve de vie et de bonheur. Ainsi en fût-il de la farine et de l’huile de la veuve de Sarepta, quand elle offrit la galette au Prophète Elie (cf. 1R 17, 7-16). Ainsi en fût-il des pains multipliés que Jésus bénit, rompit et donna aux apôtres pour qu’ils les offrent à la foule (cf. Mc, 6, 30-44). Ainsi en est-il de notre aumône, modeste ou grande, que nous offrons dans la joie et dans la simplicité.

Vivre un Carême de charité, c’est prendre soin de ceux qui se trouvent dans des conditions de souffrance, de solitude ou d’angoisse à cause de la pandémie de la Covid-19. Dans l’impossibilité de prévoir ce que sera demain, souvenons-nous de la parole adressée par Dieu à son Serviteur : « Ne crains pas, car je t’ai racheté » (Is 43, 1), offrons avec notre aumône un message de confiance, et faisons sentir à l’autre que Dieu l’aime comme son propre enfant.

« Ce n’est qu’avec un regard dont l’horizon est transformé par la charité, le conduisant à percevoir la dignité de l’autre, que les pauvres sont découverts et valorisés dans leur immense dignité, respectés dans leur mode de vie et leur culture, et par conséquent vraiment intégrés dans la société » (FT, n. 187).

Chers frères et sœurs, chaque étape de la vie est un temps pour croire, espérer et aimer. Que cet appel à vivre le Carême comme un chemin de conversion, de prière et de partage, nous aide à revisiter, dans notre mémoire communautaire et personnelle, la foi qui vient du Christ vivant, l’espérance qui est dans le souffle de l’Esprit et l’amour dont la ource inépuisable est le cœur miséricordieux du Père.

Que Marie, Mère du Sauveur, fidèle au pied de la croix et au cœur de l’Eglise, nous soutienne par sa présence prévenante et que la bénédiction du Ressuscité nous accompagne dans ce chemin vers la lumière de Pâques.

Donné à Rome, près de Saint Jean de Latran, 11 novembre 2020, mémoire de Saint Martin de Tours

François



♥♥♥ - Avec les Carmes, Carême 2021 Marcher de demeures en demeures avec Ste Thérèse d’Ávila

♥♥♥ - Je t'aime Seigneur, ma force avec les dominicains de Carême dans la ville

♥♥♥ - Avec l’œuvre des vocations, CAREME 2021- EN CHEMIN POUR SE CONVERTIR À LA FRATERNITÉ ET À LA JOIE DU CHRIST AVEC FRANÇOIS D’ASSISE

♥♥♥ - Avec Hozana.org, Carême à domicile Edition 2021

♥♥♥ - Avec Hozana.org, Pour les 10-15 ans : En route vers Pâques ! 2021

♥♥♥ - PrionsenÉglise, Carême 2021 : 40 jours pour préparer et célébrer la fête de Pâques

Vivre le Carême avec les enfants

1 - Année B - Le puzzle des Cendres à Pâques

2 -Pâques : célébrer la résurrection du Christ

3 -La Transfiguration : célébration pour les enfants de l’éveil à la Foi

4 - Se préparer au sacrement du pardon avec l’Evangile de la Transfiguration (Mt 17, 1-9)

5 - Livret - Des Rameaux à la Pentecôte

6 - Lecture d’image : la samaritaine

7 - Le Carême avec Théobule : pendant le Carême, fais fleurir l'Arbre de Vie

8 - Un jardin de Pâques à fabriquer avec les enfants

9 - Triptyque [453 KB]

10 - Livret carême année B [2 803 KB]

11 - Transfiguration - Vitrail [585 KB]

13 - Chemin de Croix pour les enfants proposé par NDE [3 549 KB]

14 - Mon chemin de Carême [473 KB]

15 - Livret de coloriage de la Passion à la résurrection [1 798 KB]

16 - Livret activités semaine sainte [198 KB]

17 - La Semaine sainte en images [495 KB]

18 - Pliage CROIX en couleur [614 KB]

19 - Chemin de croix [1 400 KB] (Cliquez pour télécharger le powerpoint)

20 - le site croire.com
Chemin de croix, jardin de Pâques,... démarches pour se préparer spirituellement à la fête de Pâques.
Regarder les récits de la montée de Jésus vers Jérusalem, prier avec les paroles du Ressuscité, ...
Colorier en méditant les évangiles pour se mettre en route vers Pâques : pour les plus petits.

21 - Année B (2021) - Marcher vers Pâques avec Jésus

Prières

7 flammes à réveiller pour le carême

Cendres, Carême, Prière, Jeûne, Joie, Partage, Pardon. 7 flammes qui donneront à notre Carême de l’éclat, de la vie. Choisissons et vivons notre Carême en intégrant ces 7 éléments dans nos vies. Ou en mettant plus en valeur l’une ou l’autre de ces flammes, au cours du Carême.

1ère flamme - Cendres :
Sous les cendres, les braises peuvent encore brûler. Si je souffle même sur une toute petite braise, je peux produire une flamme. La foi est aussi comme cette braise : elle a besoin du souffle de Dieu pour devenir source de lumière et de chaleur. Accueillons le souffle de Dieu dans notre vie tout au long de ce Carême.

2ème flamme - Carême :
Quand nous entendons le mot Carême, nous pensons à un long temps de préparation pour Pâques. Cette préparation se vit de 3 façons concrètes : la prière, le pardon et le partage. Nous pourrions nous engager à améliorer notre vie de prière, à demander le pardon dans une démarche de réconciliation et à partager nos ressources avec les gens qui en auraient besoin.

3ème flamme - Prière :
La prière, c’est communiquer avec Dieu, lui parler et l’écouter. Pour prier, il n’est pas nécessaire de se mettre à genoux à l’église. La prière peut se vivre en invitant le Seigneur à habiter chaque moment de ma journée, en lui parlant avant de m’endormir, en lisant un livret de prières ou de réflexions chrétiennes, en faisant une marche dans la nature... Pendant le Carême, nous sommes invités à développer notre vie de prière.

4ème flamme - Jeûne :
Le jeûne, c’est se priver non seulement de nourriture, mais de toute chose qui prend de la place dans nos vies. Nous pouvons nous priver de quelques heures de télévision ou d’Internet par semaine ; nous pouvons choisir de dépenser moins d’argent ; etc. De plus, nous pouvons choisir un jour par semaine où nous ferons plus attention à ce que nous mangeons. Le jeûne n’est pas seulement un geste de pénitence, mais aussi un geste de solidarité avec les gens dans le besoin ; c’est une invitation au partage. Pendant ce temps du Carême, adoptons un comportement de jeûne au moins une fois par semaine.

5ème flamme - Joie :
Réjouissons-nous ! Dieu nous aime sans limites. Peut-il y avoir de la joie pendant le Carême ? Le Carême, ce n’est pas un temps de malheur, c’est un temps pour se rappeler l’importance de notre foi. C’est le temps de donner plus de place au Seigneur à l’intérieur de nos journées. Et Dieu n’aime pas la tristesse, il aime la vie. Comme un bon feu qui brille et qui réchauffe, nous pouvons vivre un Carême dans la joie.

6ème flamme - Partage :
Pendant le Carême nous sommes invités à penser aux personnes qui souffrent, spécialement celles qui vivent des situations de famine, de guerre ou d’injustice. Quelques façons concrètes pour les aider : participer à la collecte du CCFD, acheter des produits équitables, ne pas contribuer à la pollution de la planète, prendre sa place dans la vie de notre paroisse, etc. L’important c’est de réaliser que même les plus petits gestes peuvent aider l’humanité. Le Carême est un temps pour agir.

7ème flamme - Pardon :
Accorder un pardon ou demander à être pardonné, aucune de ces 2 démarches n’est facile. Il faut faire preuve d’humilité. Le Carême nous appelle à la réconciliation. « Pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés ». Demandons au Seigneur la sagesse de demander et d’accorder le pardon. Pendant ce Carême, profitons de la célébration du pardon pour nous réconcilier avec des personnes qui nous sont chères et pour nous réconcilier avec Dieu notre Père.


1 - Cendres : c’est attiser le feu de la foi qui brûle en nous, en laissant le Seigneur entrer dans notre vie.

2 - Carême : c’est mettre en pratique la prière, le pardon et le partage.

3 - Prière : c’est faire de la place dans nos journées pour rencontrer Dieu.

4 - Jeûne : c’est se priver afin d’être solidaires des personnes dans le besoin.

5 - Joie : c’est apporter de la joie dans nos rencontres, dans notre travail et avec les autres.

6 - Partage : c’est donner à ceux qui sont dans le besoin, mais aussi faire attention à ne pas gaspiller.

7 - Pardon : c’est se réconcilier avec une personne, avec Dieu, ou avec les deux… En recevant les cendres, nous reconnaissons notre faiblesse, notre péché, sur la route.

Mais nous sommes décidés à continuer la route de l’Evangile :
- En faisant confiance au Père de vie,
- En mettant en actes la parole du Fils
- En nous laissant éveiller par l’Esprit Saint.
Recevons le signe des marcheurs de l’Evangile !

Célébration pénitentielle - Confession

Célébration pénitentielle collective et confession individuelle ?
La vie n’est possible que si nous savons pardonner, nous réconcilier avec nous mêmes, avec les autres et avec Dieu. Le sacrement de la réconciliation nous invite à reconnaître que l’amour de Dieu nous permet de dépasser les conflits.

**CONFESSIONS INDIVIDUELLES **
Samedi 03 avril 2021 de 10h00 à 12h00

Evangile


Liturgie du Carême année B

17 février 2021 Entrée en Carême

Mercredi des Cendres : 17 février 2021 - 16h30 - ST Jean BOSCO
Le mercredi des cendres, le prêtre marque d’une croix le front des fidèles avec les cendres pour les appeler à la conversion. Il leur dit "Convertissez-vous et croyez en la Bonne Nouvelle." Les cendres : ce sont les rameaux bénis l’année précédente qui sont brûlés le mardi soir (mardi gras), veille du mercredi des cendres.

Sens du Carême

Mercredi 17 février, Mercredi des cendres, débute le Carême. Il s’achève le Jeudi Saint, avant la célébration de la Cène du Seigneur. C’est un temps de montée vers Pâques : nous avons 40 jours pour nous préparer à cette fête. D’ailleurs, le mot «carême» vient du latin quadragesima [dies] («le quarantième [jour]»). Si on compte sur le calendrier, il y a 46 jours avant Pâques ! Normal, les dimanches ne font pas partie du Carême car le dimanche nous célébrons la Résurrection. 40 jours pour nous tourner davantage vers la Lumière de Dieu. 40 jours où la couleur liturgique dominante sera le violet. Nous sommes tellement habitués au changement des couleurs dans l’année, que nous finissons par ne plus faire attention. La liturgie est un Hommage intégral à Dieu, le choix de la couleur a toute son importance. Dans la liturgie catholique, le violet est la couleur des temps de pénitence. Comme nous le savons tous le carême est ce temps qui nous rappelle les 40 ans où le peuple hébreu, conduit par Moïse, a traversé le désert pour rejoindre la Terre Promise. Le carême nous rappelle aussi les 40 jours de Jésus au désert avant qu'Il ne commence sa vie publique. Le carême nous amène à la recherche du sens de notre relation à Dieu et de notre vie chrétienne. L’Esprit nous pousse au désert et nous avons 40 jours pour nous préparer à la joie de Pâques, la résurrection de Jésus. Dans le monde où nous vivons en ce moment il est urgent pour nous de témoigner de notre foi, de ce que nous trouvons dans le Dieu Trinitaire. N’ayons pas peur car notre relation avec Dieu passe par un combat spirituel qui nous entraine vers un chemin de libération. Une libération pour nous, mais aussi pour tous nos frères. C’est en premier un appel pour nous à lutter contre le péché qui nous coupe de notre relation avec Dieu et avec les autres, un appel à témoigner du Royaume de Dieu, royaume d’amour et de communion. C’est aussi un appel à la prière, à l’amour des autres, au partage et à la conversion. Accrochons-nous à Jésus avec confiance. Nous sommes devenus membres du Christ par le baptême et Jésus marche avec nous. Il nous appelle pendant ce carême à le suivre de plus près, à renouveler notre engagement par des actions concrètes.

21 février 2021 1er dimanche de Carême année B

Ce Dieu de toutes les alliances.
Le thème de l’alliance est un des thèmes majeurs de toute la Bible. Ce dimanche nous parle de la toute première Alliance, faite avec Noé et l’ensemble des êtres vivants. Le refrain du psaume résume la foi et la pratique religieuse en termes de fidélité à l’alliance. Et au seuil de la Nouvelle Alliance, Jésus prêche la conversion et la foi en son Évangile.
NFO : En chaque diocèse est célébré ce dimanche, l'appel décisif, par l'évêque, des catéchumènes.

28 février 2021 - 2e dimanche du Carême B

La foi à toute épreuve
L’épreuve d’Abraham semblait inhumaine. Mais Dieu sait reconnaître la profondeur de sa foi. Le sacrifice d’Isaac n’aura jamais lieu. La foi de saint Paul est de la même trempe et s’appuie sur le don suprême du Christ, « livré pour nous tous ». Et le Fils transfiguré est désormais celui qu’il faut écouter et suivre jusqu’au bout.

7 mars 2021 - 3e dimanche du Carême B

Un peuple libéré par Dieu et pour Dieu.
On a souvent fait des « commandements de Dieu » une morale, somme toute rudimentaire. Ils émanent pourtant d’un Dieu libérateur, qui nous veut libres. Le psaume témoigne de cette belle liberté, de même que le geste de Jésus qui dénonce le détournement commercial et honteux de la religion du Temple.
INFO : 8 mars - Journée internationale de la femme

14 mars 2021- 4e dimanche du Carême B

Les « messies » qu’on n’attendait pas…
L’Israël biblique nourrissait des attentes diverses au sujet du Messie : un roi, un libérateur politique, un chef spirituel. Mais Dieu choisit un roi étranger pour libérer son peuple exilé et autoriser la reconstruction du Temple. Et le Messie qu’est Jésus instaure un royaume aux couleurs de l’amour de Dieu pour le monde.
INFO : le 19 mars, Saint Joseph, époux de la Vierge Marie

21 mars 2021 - 5e dimanche du Carême B

Des airs de « Nouveau Testament »
C’est chez Jérémie qu’est trouvée pour la première fois l’expression qui servira de titre à l’ensemble des écritures chrétiennes canoniques : le Nouveau Testament, c’est-à-dire la « nouvelle alliance ». Jésus accomplit et bonifie cette nouvelle alliance avec les fruits de sa glorification sur la Croix.
INFO : JOURNÉE DU CCFD

Ne manquons pas cette semaine sainte !

Dimanche 28 mars 2021 : Dimanche des Rameaux

MESSE - 11h00 - PAROISSE ST Jean BOSCO
Dimanche des Rameaux - Sa mort nous fait vivre.
La mort du Christ est source de salut universel. Elle rejette l’ancien monde, celui de la haine, et inaugure le Royaume, celui de l’amour. Elle suscite la transformation et nous incite à vivre notre vie pour Dieu et les autres.

MARDI 30 mars : Messe Chrismale

MESSE CHRISMALE - 16h00 Saint Benoît sur Loire
C’est la messe célébrée pendant cette semaine au cours de laquelle l’évêque bénit les huiles saintes et consacre le Saint Chrême. Ce nom vient du mot grec chrisma qui signifie onction. C’est une messe diocésaine, moment fort qui rassemble tous les prêtres, diacres et fidèles laïcs qui le veulent autour de l’évêque.

Jeudi 1er avril 2021 : Jeudi Saint

JEUDI 1er avril - 17h30
- CÉLÉBRATION DE LA CÈNE - Un repas de pèlerins
Lors de son dernier repas, Jésus bouleverse les perspectives. Il donne un sens inédit au pain et au vin: son corps et son sang, signes de son «exode» (cf. Luc 9, 31) où s’accomplit notre salut. Le Maître prend aussi la place du serviteur; il nous convie à faire de même.

Vendredi 2 avril 2021 : Vendredi Saint

Vendredi 2 avril - 16h00 : Chemin de Croix - st Jean Bosco

VENDREDI 2 avril - 17h30 - PAROISSE ST JEAN BOSO
-
CÉLÉBRATION DE LA PASSION - La «passion» de Jésus
Le Christ, le serviteur de Dieu, subit l’opprobre et meurt à la suite d’accusations obscures et injustes alors que les autorités ne se soucient guère de la vérité. Dans tout cela, il reste fidèle à sa «passion» pour Dieu, et pour nous ses frères et sœurs qu’il sauve.

Samedi 3 avril 2021 - Veillée Pascale

SAMEDI 3 avril - Pas de célébration (couvre-feu)
(Une liturgie familiale domestique sera proposée par le diocèse)
Proposition de liturgie domestique [313 KB]

- VEILLÉE PASCALE - Nuit de veille, nuit de vie
Au cours du rituel de la Pâque juive, on veille pour faire mémoire de Dieu qui, le premier, a veillé pour faire passer son peuple de l’esclavage à la liberté. La Pâque chrétienne est, elle aussi, une veille pour commémorer le passage du Christ – et par extension, le nôtre – de la mort à la vie.

Dimanche 4 avril 2021 : Saint Jour de Pâques

DIMANCHE 4 avril à 10h00 à ST JEAN BOSCO
-
PÂQUES - Témoins du Ressuscité
La résurrection du Christ projette un éclairage unique sur l’existence humaine et sur le monde. Voir dans le tombeau vide l’annonce d’une vie nouvelle, c’est découvrir dans les réalités ordinaires et souvent difficiles de l’existence les traces d’un relèvement.