Le Carême

Le Carême est le temps de la réconciliation avec Dieu.

Le Carême est le temps de préparation à la fête de Pâques, cœur de la foi chrétienne, qui célèbre la résurrection du Christ. Il est marqué par la pénitence et par l’appel à la conversion. Le Carême est un temps important dans la vie des chrétiens. En cette année 2011, le Carême commence le Mercredi des cendres (mercredi 9 mars 2011) et s'achève le Samedi Saint au soir, veillée de Pâques (samedi 23 avril 2011).
La Semaine sainte - dernière semaine de Carême - qui commence avec le dimanche des Rameaux, commémore la Cène, la Passion et la mort du Christ sur la Croix. Le Samedi saint au soir et le dimanche de Pâques, les chrétiens célèbrent la résurrection du Christ.


Le Carême

Le mot "carême" est la contraction du mot latin quadragesima, qui signifie quarantième (sous-entendu jour), le quarantième jour étant le jour de Pâques.


*Le temps du carême commence le mercredi des cendres (jour où l'on brûle les vieux rameaux). C'est un temps de montée vers Pâques. Pour arriver à quarante jours de Carême, on ne compte aucun dimanche dans le temps de Carême parce que le dimanche est le jour de la résurrection, et ce jour, on ne jeûne pas.
*Aujourd'hui, il est vrai, on ne jeûne plus comme autrefois. Il n'y a donc plus rupture de jeûne le dimanche. Les dimanches sont dimanches de Carême (temps de prière, de retour vers Dieu, de partage,...). Du mercredi des cendres jusqu'à la veille de Pâques, il y a 46 jours.
*Dans le temps du Carême, on met en valeur la semaine sainte; on l'aborde différemment. Cette Semaine commence le dimanche des Rameaux (jour où l'on cueille les nouveaux rameaux).

Durant le Carême, nous essayons de nous rapprocher plus de Dieu, de devenir un peu plus son image, de transformer notre vie assombrie par le péché en une vie plus éclatante, plus lumineuse, plus tournée vers les autres... Pour nous aider, nous pouvons contempler la vie de Jésus: ses longs moments de prière, ses multiples pas vers les autres, sa confiance illimitée en Dieu...

Le temps du Carême nous rappelle les "quarante" années de l'Exode d'Israël dans le "désert", "quarante" années durant lesquelles tout un peuple essaie de changer, essaie de se délester du poids de tout ce qui est noir, obscur, néant, afin de pouvoir s'ouvrir plus pleinement à la Lumière et naître enfin à Dieu (arrivée en Terre Promise).

Le temps de Carême nous rappelle aussi les quarante jours que Jésus passe au "désert" (le lieu inhospitalier des tentations).

Le "désert" est un lieu de "passage", de transformation, où l'on se reconnaît pauvre devant l'Infini, où l'on se dépouille de tout ce qui est, en nous, "mort", noirceur, obscurité..., afin de revêtir le resplendissant don de Dieu.

Le temps du Carême peut être, pour nous, un temps de "désert", un temps de transformation pour nous aussi, un temps où nous nous efforcerons d'être meilleurs avec la Grâce de Dieu

Le mercredi des Cendres: est le premier jour de Carême. Ce jour-là, les chrétiens participent à une célébration au cours de laquelle leur front est marqué d'un peu de cendre. Cette cendre provient des rameaux bénits de l'année précédente qui ont été brûlés.

Le mercredi des Cendres ouvre ce temps en nous rappelant que sans le souffle de vie de Dieu, hors de son amour, notre être et notre vie ne sont que poussière. Nous sommes alors invités durant quarante jours, par les moyens concrets que le Christ nous a donnés – le jeûne, la prière et le partage - à tourner le dos à tout ce qui conduit à la mort et à nous tourner (c’est la conversion) vers la source de la vie, de l’amour et de la lumière : Le Christ ressuscité dont le cœur, ouvert sur la croix, est cette source. Le temps du Carême permet aux catéchumènes de se préparer à recevoir le baptême lors de la nuit de Pâques et à chaque chrétien de vivre davantage du baptême reçu.


Le Christ, et l’Eglise à sa suite, nous propose trois moyens concrets pour vivre ce temps :
- La prière
- le jeûne
- le partage

La prière :
Elle permet de découvrir et d’approfondir la présence vivante et vivifiante du Christ dans notre cœur. La prière et les sacrements constituent la clef de voûte de toute la vie chrétienne.

Le jeûne :
Ce n’est pas tellement à la mode. Pourtant, nous sommes invités à nous passer du superflu et même du nécessaire pour signifier concrètement que, ce qui seul, nous est nécessaire, ce qui seul peut combler notre cœur, c’est le Christ. "Cherchez d’abord le Royaume de Dieu et sa justice, et tout le reste vous sera donné en plus". Ce jeûne creuse en nous le désir de Dieu. Il ne s’agit donc ni d’accomplir des prouesses ascétiques, ni de suivre des régimes amaigrissants, mais de nous préparer à recevoir Celui qui en se donnant, nous donne tout. Ces efforts peuvent porter sur la nourriture - c’est le premier sens du jeûne - mais aussi sur bien d’autres points qui tiennent une certaine place dans nos vies : TV, loisirs…

Le partage :
Ce que nous avons et ce que nous sommes sont des dons que Dieu nous fait pour que nous puissions en faire participer ceux qui nous entourent. En parlant des premiers chrétiens, saint Luc écrivait, qu’ils n’avaient qu’un cœur et qu’une âme, qu’ils étaient fidèles à la prière et qu’ils mettaient tout en commun. Ce temps du Carême nous invite ainsi à mettre en commun, à partager, ce que nous avons et ce que nous sommes ; c’est-à-dire nos biens matériels, ainsi que notre temps, nos compétences…


Vivre ce Carême en Eglise
Pour accueillir ensemble la joie de la Résurrection, la démarche personnelle est importante. Cependant, elle ne peut se vivre pleinement qu’en Église, en paroisse, en aumônerie. Les trois moyens dont nous avons parlé tiennent compte de cette double dimension de notre cheminement vers Pâques, à la fois personnelle et communautaire. Notre conversion personnelle peut donc être guidée et soutenue par des démarches d’Eglise. Ainsi l’Eglise nous invite à intensifier nos efforts le mercredi des Cendres et le Vendredi Saint, et à marquer les vendredi de carême.