TU ES LA AU COEUR DE NOS VIES ET C'EST TOI QUI NOUS FAIS VIVRE,
TU ES LA AU COEUR DE NOS VIES, BIEN VIVANT Ô JESUS CHRIST !"

L’onction des malades, une force pour vivre !

Le sacrement de l’onction des malades n’est pas un sacrement réservé aux derniers moments comme le laissait entendre les expressions "extrême onction" et "derniers sacrements". La pratique ancienne réservait en effet ce sacrement aux grands malades à l’article de la mort.
Il s’adresse aux fidèles en souffrance physique, psychique ou morale : maladie, vieillesse avancée, épreuve difficile, opération grave...
L’onction des malades ne remplace en aucun cas les soins médicaux.


Le but et les effets du sacrement des malades

Le sacrement de l’Onction des malades a pour but de conférer une grâce et une force au chrétien en souffrance. Il est signe de la tendresse de Dieu pour la personne qui souffre.
Il a comme effets :
- le réconfort, la paix et le courage pour supporter chrétiennement les souffrances de la maladie ou de la vieillesse ;
- le pardon des péchés si le malade n’a pas pu l’obtenir par le sacrement de la Pénitence ;
- le rétablissement de la santé, si cela convient au salut spirituel ;
- au seuil de la mort, la préparation au passage à la vie éternelle.


La préparation du sacrement des malades

La préparation de la célébration est confiée aux membres de la pastorale et aux familles.
Recevoir le sacrement des malades est émouvant. Pour le malade lui-même et pour son entourage. Beaucoup souhaitent donner un air de fête à ce jour : en apportant des fleurs, de l’encens ou en aidant le malade à se faire beau.


Le rite de la célébration

Le sacrement de l’onction des malades est célébré par un prêtre.
- l’imposition des mains (appel de l’Esprit saint )
- l’onction faite sur le front et les mains du malade avec "l’huile des malades". Si un malade qui a reçu l’onction recouvre la santé, il peut, en cas de nouvelle maladie grave, recevoir de nouveau ce sacrement. Au cours de la même maladie, ce sacrement peut être réitéré si la maladie s’aggrave.



Célébration communautaire du sacrement des malades

Tous les ans, dans notre paroisse au primtemps, il y a une célébration communautaire de l’onction des malades. Parents, amis, et aussi membres de la communauté paroissiale, doivent entourer les malades de sollicitude et de tendresse, prier avec eux et pour eux. Si vous désirez y recevoir ce sacrement, renseignez-vous auprès de la paroisse.


Contact :

La paroisse : Permanence

Téléphone : 02 38 86 31 92

E-mail : stjeanboscoorleans@gmail.com

Retour page : Accueil

P R I E R E

Seigneur, Vous savez que je suis faible.
Vous le savez, Seigneur, je suis faible, et souvent, dans les moments difficiles, je cherche, pour me soutenir, une " présence amie ". J'ai besoin d'une parole, d'une main à serrer, d'un visage à embrasser. Mais j'ai compris, maintenant, qu'une présence physique n'est pas forcément le signe d'une présence réelle.
Deux êtres peuvent se voir, se toucher et même très fort s'embrasser, mais demeurer loin, très loin l'un de l'autre, séparés, si l'amour entre eux, par l'intérieur, ne les unit. Combien de mains serrées ne sont que comédie !
Combien de couples, depuis longtemps couchés dans le lit d'habitudes, ne sont que deux solitudes, campant de part et d'autre d'un infranchissable fossé ! Mais je crois aussi de toutes mes forces, Seigneur, que deux êtres, l'un de l'autre cruellement éloignés, par l'espace ou le temps, peuvent se rejoindre, s'unir, vivre en communion profonde, si l'amour en eux est vivant.
Je le crois pour les hommes, Seigneur, alors, comment ne pas le croire pour Vous ? Puisque Vous nous aimez infiniment, Votre présence à chacun de nous, ne peut être qu'infinie.
Présence réelle, présence totale, toujours et partout. Rien, Seigneur, ne peut nous séparer de Vous, rien qui ne vient de Vous.
Michel QUOIST