"FAIS-NOUS SEMER TON EVANGILE, FAIS DE NOUS
DES ARTISANS D'UNITE, FAIS DE NOUS DES TEMOINS DE TON PARDON,
A L'IMAGE DE TON AMOUR."

LA JOC C'EST QUOI ?

et soirée à 19h !

La JOC, c'est la Jeunesse Ouvrière Chrétienne : une association de 10 000 garçons et filles de milieux populaires âgés de 15 à 30 ans. Ensemble, ils discutent, réfléchissent et agissent pour changer ce qui ne va pas autour d'eux. Les initiatives qu'ils mènent touchent à toutes les dimensions de leur vie : boulot, fric, logement, loisirs...
Avec 120 fédérations locales, la JOC est la seule association nationale de jeunes de milieux populaires. Elle est gérée et animée par les jeunes eux-mêmes. Les 15-30 ans n'ont pas délaissé l'engagement. Leur intérêt pour le monde qui les entoure est réel, même si leur manière de s'investir n'est pas celle de leurs aînés. Ils cherchent à vivre concrètement leurs aspirations et leurs envies de solidarité. Grâce à leur action au sein de ce mouvement de jeunesse et d'éducation populaire, les jeunes acquièrent des compétences utiles dans leur vie professionnelle et citoyenne. La JOC est un lieu de rencontres et d'échanges.

Fidèles aux 80 ans d'histoire de leur association, les membres de la JOC vont à la rencontre de jeunes des quartiers populaires, de ceux qui sont en précarité ou se sentent proches de leurs problématiques. Des jeunes d'origines et de cultures différentes s'y côtoient. En leur permettant d'appartenir à un groupe et d'aboutir dans leurs projets, elle cherche à développer l'épanouissement personnel et à souligner la valeur de chacun.

Mouvement chrétien, la JOC accueille des jeunes de tous horizons, quelles que soient leurs convictions. En leur proposant la foi chrétienne, elle les invite à s'interroger sur leurs convictions religieuses. Cette identité pousse la JOC à défendre et à remettre au centre l'Homme et les valeurs de paix, de tolérance. Elle s'inscrit dans une perspective démocratique et laïque.


TROIS MOTS D'HISTOIRE

Genèse

Créée en 1925 en Belgique par un prêtre, Joseph Cardijn, la Jeunesse Ouvrière Chrétienne naît en France à Clichy en 1927 quand le Père Georges Guérin entend parler de la JOC belge. Il propose alors aux jeunes ouvriers qu’il rencontre de réfléchir, d’analyser ce qu’ils vivent, de se former et d’agir. Il les encourage à militer dans des syndicats et à participer à des groupes d’étude de la doctrine sociale de l’église. Dans un contexte industriel et ouvrier, la JOC et la JOCF (JOC féminine) se développent de manière fulgurante dans toute la France et deviennent rapidement un mouvement de masse. Les jocistes s'engagent partout où vivent des jeunes travailleurs.
Pendant la Seconde Guerre mondiale, des jocistes choisissent le maquis et la Résistance. D’autres partent au Service du travail obligatoire pour soutenir leurs camarades. Certains seront déportés pour avoir mené des actions clandestines dans les camps de travail. Parmi eux, Marcel Callo, béatifié par Jean-Paul II en 1987.


Agir pour l’emploi

La JOC a toujours voulu se situer du côté des jeunes chômeurs et travailleurs dont les conditions de vie sont parfois très difficiles. Elle crée par exemple des bureaux de placement en 1935 dans la plupart des villes industrielles, avant que l’Etat ne reprenne le principe pour créer l’ANPE en 1967. Plus tard, dans les années quatre-vingt, la JOC met en place des comités de chômeurs et des permanences précarité, lieux d’accueil, de soutien et d’écoute destinés aux jeunes en précarité. La JOC milite aussi pour permettre la création des missions locales.
En 2006, elle réalise une enquête auprès de 30 000 jeunes sur les questions d’emploi, d’insertion et de formation. Elle lance la Charte pour l’emploi des jeunes et se mobilise contre le Contrat première embauche.


Une convention pour les employés de maison

« Dans l’avenir, il n’y aura plus de "bonnes", mais des professionnelles de maison », proclame la JOCF en 1947. En 1951, elle obtient la signature d’une convention collective pour les employés domestiques, avec la CFTC et la CGT. C’est le début de la professionnalisation de ce métier.


Informer et soutenir les saisonniers

Les saisonniers sont la catégorie de jeunes travailleurs les plus exploités. Mal payés, ils subissent des horaires très chargés, n’ont pas de contrat de travail et sont logés dans des conditions précaires. En 1955, la JOC et la JOCF ont mis en place les premières permanences saison dans des lieux touristiques pour aider les saisonniers à obtenir des conditions de travail décentes. Actuellement, la JOC anime une dizaine de permanences chaque année, en été ou en hiver.


L’organisation des apprentis

Par ses enquêtes et ses revendications, la JOC a permis l’évolution de la loi pour améliorer les conditions de travail des apprentis. Elle organise plusieurs rassemblements spécifiques, notamment en 1994 ou en 1976, lorsqu’elle réunit 5 000 apprentis et pré-apprentis, révèlant ainsi l’exploitation honteuse dont ils sont victimes.


La création des foyers de jeunes travailleurs

La JOC fait face à la crise du logement de l’après-guerre dans une optique de reconstruction en créant à
Tours le premier foyer de jeunes travailleurs (FJT). En 1955, l’enquête lancée par la JOC sur les « déplacements et le chômage » met en évidence les difficultés de logement dans les villes où se trouve l’emploi. La JOC et la JOCF s’associent aux « Amitiés sociales » et à l’Uniopss (Union interfédérale des oeuvres privées sanitaires et sociales) pour donner naissance à l’UFJT, l’Union des foyers de jeunes travailleurs.


Agir pour l’orientation

Parce que choisir son métier est un des facteurs de réussite pour sa vie, la JOC se préoccupe aussi de l’orientation. En 1935, elle ouvre le premier centre d’orientation professionnelle de France. Après la Seconde Guerre mondiale, ce centre sera intégré à l’Education nationale puis en 1972 au CIO, le Centre d’information et d’orientation.


20 000 jeunes à Bercy

Les rassemblements de masse sont une grande tradition de la JOC. Le 3 mai 2003, 20 000 jeunes de toutes la France affirment : « On est fait pour s’entendre ! » au rassemblement « Bercy Ensemble ! ». Ils montrent leur engagement au quotidien comme acteurs du vivre ensemble. Le 30 septembre et le 1er octobre 2006, 1 200 jeunes délégués de toute la France se réunissent à La Défense pour les Etats Généraux pour l'emploi des jeunes. Ils formulent 11 propositions concrètes et lancent la Charte pour l'emploi des jeunes.
En 2007, la JOC vit une grande manifestation internationale. Le Rassemblement européen des militants réunit 400 délégués de dix pays d’Europe : Angleterre, Irlande, Slovaquie, Hongrie, Roumanie, Espagne, Italie, Portugal, Malte et France.

VIDEO DU RASSEMBLEMENT DU 02 MAI 2009

Cliquez sur la photo

25 000 jeunes à La Courneuve

Le 2 Mai 2009, 25 000 jeunes se réunissent à La Courneuve pour le festival « La Jeunesse [ça] se cultive ». Ce fut un tremplin pour faire entendre la voix des jeunes et dire que nous sommes partis prenante de la société et qu’il faut une vraie reconnaissance de cette jeunesse ! 9 propositions pour améliorer l’accès à ma culture et aux loisirs ont été formulées.


En bande dessinée

En 2005, Etienne Davodeau a publié "Les Mauvaises Gens", une bande dessinée qui raconte le parcours militant de deux jocistes… ses parents. Son livre a remporté deux prix au festival international de la BD d’Angoulême : celui du Meilleur scénario et le prix public du Meilleur Album.


La campagne nationale d’action pour 2010-2012

Le 1er Mai 2010, les JOC d’Europe ont lancé une campagne européenne sur la dignité des jeunes.
En Assemblée Générale Nationale de la JOC de France, nous avons décidés de sa mise en place en France. C’est ainsi que partant de ce que vivent les jeunes, il a été décidé la campagne suivante : Etre libre de choisir sa vie dans la dignité. Etre maître de sa vie, c’est avoir la capacité et la volonté de pouvoir faire des choix tout en y donnant du sens.


Dans notre société, les jeunes de milieux populaires sont ceux qui ont le moins la possibilité de choisir la vie qu’ils vont mener. Nous n’avons pas toujours le choix de notre orientation, de notre école, de notre métier, de nos conditions de travail et de vie. Nos difficultés financières, notre manque de réseau de relation, notre manque d’information et de connaissances, nos peurs, nos à priori, nous empêchent d’avoir les moyens de choisir notre vie et notre avenir.

Pour la JOC, chaque jeune doit être libre de choisir la vie qu’il veut mener. Notre classe sociale, nos moyens financiers limités, nos ignorances… ne doivent pas être des limites à notre liberté.
Nous ne devons pas nous enfermer dans nos peurs. La société doit donner à chacun les moyens de choisir la vie qu’il veut mener.

Avec cette campagne, la JOC a pour objectifs de donner à chacun les moyens de dépasser ses peurs, ses ignorances, ses à priori pour oser faire le choix d’une vie digne. Nous devons agir pour que la société donne à chaque jeune les moyens de faire son propre choix et de construire un projet de vie.

Cela passera par exemple en permettant une meilleure orientation, une meilleure éducation financière… pour tous les jeunes de milieux populaires.
Cette campagne va durer deux ans. Avec un rassemblement européen pour les aînés qui aura lieu en juillet 2011 en Italie.

Le chantier est lancé ! Il débutera en septembre 2010 avec l’Assemblée Générale de la JOC du Loiret qui aura lieu le 25 septembre à Chalette-sur-Loing.

La JOC sur Orléans c’est 4 équipes de jeunes : une à l’Argonne (collégien-lycéen), une à la Source (étudiant), une en centre ville d’Orléans (jeune au travail et en précarité) et une à Saint-Jean de Braye (étudiant et jeune au travail).




Contact :

- JOC du Loiret
140, rue de l’Argonne
45 000 Orléans
E-mail : joc.loiret@gmail.com

www.joc.asso.fr
www.joc.asso.fr/blog/jocloiret

Retour page : Accueil