Page d'accueil
INFORMATIONS PRESENTATION LITURGIE ET PRIERE CELEBRATIONS JEUNESSE GROUPES ARCHIVES

ROSAIRE

Un groupe du Rosaire se réunit tous les 1er lundis du mois de 14 h à 16 h chez les Petites Soeurs des Pauvres




Les équipes du Rosaire

Présentation des Equipes du Rosaire :

Père Joseph EYQUEM


Les Equipes du Rosaire sont un Mouvement d’Apostolat des Laïcs reconnu en 1967 par les Evêques de France et en 1972 par l’Ordre des Prêcheurs (Dominicains).
En 1955, le Père Joseph EYQUEM, religieux dominicain, propose aux membres des « Confréries du Rosaire » de sa région de Toulouse un nouvel élan missionnaire. Il le confie à l’intercession de Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus : les Equipes du Rosaire vont naître et se développer rapidement.

Pauline Marie JARICOT



Le Père EYQUEM avait le souci des plus pauvres dans la foi. Il s’est appuyé sur l’intuition de Pauline-Marie Jaricot et de son « Rosaire Vivant » (Lyon, 1826)

Qu'est ce qu'une Equipe du Rosaire ?


Une Equipe du Rosaire est un petit groupe de personnes qui se retrouvent en deux temps de prière :

Chaque mois : la prière ensemble « à la maison » pour méditer la Parole de Dieu en s’appuyant sur le feuillet mensuel « Le Rosaire en Equipe ».

Chaque jour : la prière personnelle, méditation d’un mystère de la vie de Jésus-Christ en lien avec les autres membres des équipes, grâce au Calendrier d’Equipe.

Le pape Paul VI définissait ainsi les Equipes du Rosaire, en les recevant au Vatican le 19 mai 1971 :

« Petits groupes de prière missionnaire en plein monde, fraternels et accueillants, vous suscitez, avec l’authentique simplicité de l’Evangile, la mise en commun de vos soucis et aspirations. Et ensemble, vous cherchez, dans un climat de prière mariale à découvrir le merveilleux plan du salut de notre Dieu, et bien sûr, ce qu’il attend de vous. Le Rosaire devient ainsi pour vous un véritable aliment de la foi. Prenant donc le Rosaire comme moyen de prière, d’union fraternelle et d’activité apostolique, les Equipes du Rosaire ont pour but de créer partout de petites communautés de prière autour de la Vierge Marie et d’inviter leurs membres à méditer l’Evangile, à le vivre et à l’annoncer ».

Une Ecole de prière, comment ?

La prière mensuelle, en commun, consiste en une médication de la Parole du Seigneur, selon ce schéma :
- accueil,
- prière à l’Esprit Saint,
- invocation à Marie,
- écoute de la Parole de Dieu et approfondissement de ce mystère avec une réflexion pour notre vie.
- Puis prière de louange et d’intercession avec partage d’intentions,
- demandes,
- actions de grâce
- et envoi en mission.

La prière quotidienne, personnelle est aussi importante que la prière en commun.
« Revenez à moi de tout votre cœur, car je suis un Dieu de tendresse » (du prophète Osée)
Chaque jour, les membres méditent un « mystère du Seigneur » différent, à l’aide d’un calendrier spécifique.
Ainsi, on se porte les uns les autres, on se soutient avec une attention particulière pour les personnes qui découvrent ou redécouvrent la prière.

Une école de prière avec Marie


A chacun de ces temps de prière nous méditons un événement de la vie de Jésus, le Christ, sous le regard de tendresse de sa Mère, Marie.
Le Rosaire présente « un résumé de l’Evangile », contenu dans les mystères joyeux, lumineux, douloureux, glorieux.
Les membres des Equipes méditent le Rosaire d’une certaine façon :
à chacun est proposé un véritable « goutte à goutte de la Parole de Dieu
.

Ce « peu » de prière permet d’être fidèle à ces rendez-vous, mensuels et quotidiens, et de grandir ensemble dans le Seigneur.

La dizaine quotidienne

« Le chapelet en mains, dix fois maintenant,
me souvent de ce Mystère,
je lui confie mes joies et mes peines,
celles de mon équipe et de mon quartier,
de l’Eglise et du monde entier.

Je ne suis pas seul.
Chacun vit aujourd’hui une rencontre semblable avec le Seigneur. »

Avec cette prière, je peux Lui confier des personnes chères ou des situations importantes.
Quand je dis ma dizaine chaque jour, j’égrène des visages.

Une Equipe du Rosaire : Pourquoi ?


Un mouvement missionnaire. Un nouvement d’Apostolat des Laïcs
Comment ?


- Par une invitation personnelle, la rencontre. On invite son voisin, sa voisine, ses amis, les gens de son quartier, de son immeuble, de son village.
Les membres des Equipes du Rosaire sont à l’image du Peuple de Dieu : tous sont invités : pratiquants, non pratiquants, femmes, hommes, riches, pauvres…. Il suffit de 3 ou 4 personnes pour commencer une Equipe.

- Par la rencontre mensuelle qui se déroule « à la maison ». La maison est le lieu fondamental des Equipes du Rosaire. Recevoir « chez soi » permet d’accueillir dans la simplicité, la convivialité, l’amitié, des personnes qui ne viendraient pas dans une église pour prier.

- Par le peu de prière demandé. Il permet à ceux qui « commencent » ou « recommencent » une vie dans la foi, de s’y tenir, d’y être fidèles, soutenus par les autres.

« Pourquoi les Equipes du Rosaire ? Sinon pour transmettre à d’autres l’espérance apportée par l’Evangile ?

Que faites-vous, lorsque vous vous réunissez chez vous, dans vos maisons, dans vos quartiers ?
Que faites-vous sinon proclamer cette espérance, et la proclamer avec Marie ?
Si les Equipes du Rosaire n’avaient pas cette espérance à proposer aux hommes dites-moi :
- A quoi serviraient-elles ?
- A quoi bon se donner quelquefois la peine que vous vous donnez pour être fidèles à vos réunions – et pour rendre sainte toute votre vie, afin que votre cœur puisse rendre gloire à Dieu et que votre parole soit porteuse de vie .
- A quoi serviraient ces efforts, ces publications, ces échanges de lettres entre vous et nous, et j’oserais même le dire, à quoi bon cette amitié qui nous unit d’une façon si profonde,
- A quoi bon tout cela,
Si finalement nous n’étions pas porteurs de l’espérance apportée par l’Evangile ?

Père Joseph EYQUEM

Seigneur, apprends-nous à prier !


Les disciples de Jésus ont reçu le Notre Père.
Le Rosaire, est aussi un instrument aidant la prière.

Les différents paroles :

-
Notre Père,
- Réjouis-toi, Marie
OU Je vous salue Marie (voir ci dessous),
- Gloire au Père, au Fils , au Saint-Esprit pour les siècles des siècles,
- Je crois en Dieu (pour ceux qui veulent commencer leur prière en confessant la foi chrétienne.

je vous salue Marie ou Réjouis-toi Marie :

2 formulations liant la salutation de l'ange Gabriel et celle de sainte Elisabeth (Evangile de Luc 1, 28 et 42).
Elles disent aussi la confiance que l'Eglise met au coeur du chrétien envers la Mère de Jésus, Mère de Dieu, demandant à Marie, sa prière au long de la vie et jusqu'à notre passage à Dieu.

- Je vous salue Marie : formule la plus ancienne en français (= Ave Maria en latin) ;
Elle dit le respect à celle que le Seigneur choisit pour une mission unique parmi les hommes : Pleine-de-Grâce.
Le mot : entrailles traduit l'expresssion concrète de la Bible.

- Réjouis-toi : expression biblique : salutation et joie ;
Le Messie, élu par le Seigneur pour guider et sauver son Peuple vient prendre chair en Marie : comblée-de-Grâce.
L'Ange invite à la joie.
Parfois, il nous sera difficile d'utiliser cette expression en raison des circonstances douloureuses ; on peut prendre l'autre formule - mais l'espérance chrétienne reste notre guide.

Quelques précisions :

- le mot "mystère" :
Pour la prière chrrétienne, le mystère est un moment de la vie de Jésus-Christ ou de ses proches, qui nous fait connaître Dieu et son amour.
Ce mot vient du grec "muo", avec les notions de discrétion et d'initiation : Résumé de l'Evangile, le "Rosaire" appelle sur nous la grâce ou le fruit de l'Esprit "charité, joie, paix, patience, serviabilité, bonté, confiance dans les autres, douceur, maîtrise de soi".(lettre aux Galates 5)

- le mot "clausule" :
La clausule est une phrase qui développe ce que notre prière médite.
Elle aide à la contemplation du Seigneur.
Des exemples sont donnés pour chaque mystère. La clausule peut facilement suivre l'expression "Jésus, le fruit de vos entrailles" dans la prière "Je vous salue Marie"

Découvrez les 4 mystères
et la proposition de méditation des Equipes du Rosaire
en cliquant sur le lien suivant :

LES 4 MYSTERES

Prière à la Vierge
du Père Joseph Eyquem

(fondateur des Equipes du Rosaire)


Vers toi, je lève les yeux,
Sainte Mère de Dieu ;
Car je voudrais faire de ma maison
Une maison où Jésus vienne,
Selon sa promesse,
Quand plusieurs se réunissent en son nom.
Tu as accueilli le message de l’ange
Comme un message venant de Dieu,
Et tu as reçu, en raison de ta foi,
L’incomparable grâce
D’accueillir en toi Dieu lui-même.
Tu as ouvert aux bergers puis aux mages
La porte de ta maison
Sans que nul ne se sente gêné
Par sa pauvreté ou sa richesse.

Sois Celle qui chez moi reçoit.
Afin que ceux qui ont besoin
D’être réconfortés le soient ;
Ceux qui ont le désir de rendre grâce
Puisse le faire ;
Ceux qui cherchent la paix, la trouvent.
Et que chacun reparte vers sa propre maison
Avec la joie d’avoir rencontré Jésus lui-même,
Lui, le chemin, la vérité, la vie.

Le Rosaire

Petite histoire de l'Ave Maria et du Rosaire


Saint Luc
qui est l’évangéliste de l’enfance de Jésus, écrit à propos de l’Annonciation faite à Marie, que l’Ange Gabriel s’approcha d’elle et lui dit : Réjouis-toi, pleine de grâces ; le Seigneur est avec toi (Luc 1,28)

Lors de la Visitation, il rapporte : « il advint qu’Elisabeth ayant entendu la salutation de Marie, son enfant tressaillit dans son ventre ; elle fut remplie de l’Esprit Saint et s’exclama : « Tu es bénie parmi les femmes et le fruit de ton sein est béni » (Luc 1, 42)

Il est probable que les Ave Maria, dans cette forme primitive, ont été récités assez tôt par les premiers chrétiens.

En 431, le concile d’Ephèse, condamnait l’hérésie nestorienne. En effet Nestorius, évêque de Constantinople, refusait à Marie le titre de Mère de Dieu. Le concile, reconnaissant que Jésus était à la fois Dieu et homme, ordonna qu’on invoquerait la Sainte Vierge sous ce glorieux titre de Marie, Mère de Dieu.

Le Sub tuum praesidium, dont on a redécouvert une copie en grec sur un papyrus copte du IIIe siècle, est une très ancienne prière de supplication à Marie, Mère de Dieu, où le fidèle lui demande son intercession pour le délivrer des dangers et des épreuves. Les prières d’intercession à Marie semblent même avoir circulé depuis la fin du premier siècle, si on se rapporte à ce qu’on sait de la vie de saint Philomène. L’Ave Maria est donc probablement récité depuis ces périodes, bien que la forme définitive que nous connaissons n’est attestée que depuis le XIIème siècle !

Une coutume des premiers siècles voulait que les gens instruits et lettrés récitent les psaumes bibliques et cette dévotion a été étendue à l’ensemble des chrétiens sous une forme simplifiée, en remplaçant les 150 psaumes de la bible par 150 Ave Maria. Cette prière était connue sous le nom de « Psautier Angélique ».


Au IXème siècle, l’Irlande
, préservée des invasions, était restée chrétienne. C’est grâce au travail de ses moines et de ses missionnaires, que l’Europe, égarée par ses guerres, retrouva la foi.

Les moines Irlandais récitaient et chantaient aussi les 150 psaumes de David en latin, comme source de contemplation. Cette dévotion a été aussi simplifiée en les remplaçant par 150 Notre Père.

Pour les compter, le peuple priait avec des cailloux, puis ce furent des cordelettes avec 150 puis 50 nœuds… Ce type de méditation au sein d’une prière répétitive se propageait dans toute l’Europe.

Certains récitaient 50 salutations angéliques tandis que d’autres préféraient encore 50 Pater. Les cisterciens à la suite de saint Bernard, commencèrent à contempler la vie du christ par scènes.

L’hérésie des Albigeois, qui se développa au XIème et XIIème siècle fut l’occasion de nouveaux troubles dans l’Eglise et la société. Il s’agissait d’une théologie dualiste influencée par les anciennes croyances manichéennes et païennes où l’on opposait le principe du bien, qui est Dieu et ses forces spirituelles ; et le principe du mal, qui est Lucifer et toutes les forces matérielles.

Si la matière appartenait au mal, pour eux Jésus n’avait pu s’incarner et les juifs n’auraient crucifié qu’une ombre ! Ils s’opposaient au mariage et croyaient à la réincarnation.

Institution du Rosaire


Une arme vraiment efficace

En 1214, alors qu’il cherchait dans le jeûne, la pénitence et la prière d’une manière de résister efficacement à cette hérésie cathare qui faisait des ravages, St Dominique eut une apparition de la Vierge Marie, accompagnée de 3 princesses de sa cour céleste.

Elle lui dit :
"Mon fils Dominique, ne t’étonne pas de ne pas réussir en tes prédications ! car tu laboures le sol qui n’a pas été arrosé par la pluie…
Sache que , quand Dieu voulut renouveler le monde, il envoya d’abord la pluie de la Salutation Angélique et c’est ainsi que le monde fut racheté. Exhorte donc les hommes, dans tes sermons, à réciter mon Psautier, et tu en recueilleras de grands fruits pour les âmes. Saches que la principale arme dont s’est servie la Sainte trinité pour réformer le monde a été le Psautier Angélique qui est le fondement du Nouveau Testament ; c’est pourquoi, si tu veux gagner les cœurs les plus endurcis, prêche mon Psautier."

A partir de ce jour, Saint Dominique ne cessa de réciter et de prêcher la méditation du Psautier Angélique. Il obtint de merveilleux résultats. L’hérésie cathare s’éteignit grâce à cette dévotion désirée par le Ciel.

« Saint dominique disait qu’il avait plus converti d’âmes par la récitation de l’Ave Maria que par tous ses sermons, rapport le Saint Curé d’Ars.

Mais, peu à peu l’ardeur à la récitation du Psautier Angélique diminua.

En 1349, la grande peste ravagea tous les royaumes d’Europe. Les foules se sont à nouveau retournées vers Dieu et ont repris le Psautier de Jésus et Marie…

En 1460, le bienheureux Alain de la roche, Dominicain du couvent de Dinan, en relança la dévotion.


Il expliquait que la récitation du Psautier tressait une couronne de roses sur la tête de Jésus et de Marie et la piété populaire donna bientôt le nom de Rosaire à cette dévotion.

Les papes et le Rosaire


Cinquante Papes ont écrit sur le Rosaire pour demander aux fidèles avec les plus vives instances, la pratique de cette admirable dévotion

Au XVIème siècle, Saint Pie V, alors que le développement ottoman menaçait la chrétienté, demanda que toutes les communautés chrétiennes récitent le Rosaire le 7 octobre 1571, jour où la flotte chrétienne affrontait la flotte musulmane à Lépante. C’est en souvenir de la Victoire de Lépante, qu’on célèbre tous les 7 octobre, Notre-Dame du Rosaire.

De 1883 à 1901 Léon XIII écrivit 20 documents pontificaux dont 12 encycliques sur le rosaire de Marie.
Le Rosaire est pour lui, « l’expression la plus accomplie de la piété chrétienne ».
C’est « une prière incomparable et d’une efficacité souveraine ».
« Il est à peine possible d’imaginer de quelle joie suave et toujours renouvelée, les mystères du Rosaire inondent la sainte âme de Marie et quels sentiments de persévérance et de bienfaisance maternelle ils réveillent »…
« Tandis que l’on considère les mystères de notre Rédempteur en murmurant les « Ave », le cœur s’enflamme d’amour et de reconnaissance au spectacle de ces preuves de charité que Dieu nous a données ».
« Le Rosaire inonde l’âme de ceux qui le récitent d’une Sainte joie qui se renouvelles sans cesse ».

« Le Rosaire fait entrer dans l’exercice de la charité avec ses frères
C’est la multitude qui prie, en union d’offrande, de souffrance, pour toute la fraternité humaine religieuse et civile ».

Jean XXIII (29 sept 1961)

« On ne peut réciter le Rosaire sans se sentir entraîné dans un engagement précis de service de la paix… Aujourd’hui je recommande volontiers à l’efficacité de cette prière la cause de la paix dans le monde et celle de la famille
En réalité, tandis qu’il nous conduit à fixer les yeux sur le Christ, le Rosaire nous rend aussi bâtisseurs de la paix dans le monde ».

Jean Paul II (Enc Rosarium Virginis Maria)

« Le Rosaire connaît un NOUVEAU PRINTEMPS.
C’est sans aucun doute un des signes les plus éloquents de l’amour que les jeunes générations nourrissent pour Jésus et pour sa mère Marie. Dans le monde actuel qui es si fragmenté, cette prière nous aide à placer le Christ au centre, comme le faisait la Vierge, qui méditait intérieurement tout ce qui se disait sur son Fils, et ensuite ce qu’Il faisait et enseignait.

Benoit XVI (6 mai 2008)

Pourquoi le Rosaire ?

A LOURDES,

Le 11 février 1858, Bernadette, se rend à Massabielle, lorsque tout à coup, elle aperçoit dans un creux du rocher, une « Dame » très jeune, nimbée de lumière. Elle est vêtue d’une longue robe blanche sur laquelle se détache une ceinture bleue. Sa tête est recouverte d’un voile : sur chacun de ses pieds se trouve une rose d‘or ; ses mains jointes tiennent un chapelet… A cette vue, l’enfant tire son propre chapelet et le récite…. Quand il est terminé, la « Dame » disparaît…


A FATIMA


La Vierge est apparue à 3 petits enfants, Luci, Jacinthe et François. Du 13 mai au 13 octobre 1917.
A chaque apparition, Marie insiste
« Je suis la Dame du rosaire
Continuez à réciter le chapelet tous les jours pour obtenir la fin de la guerre et la paix du monde ».


SAINT PADRE PIO


Disait « Dans les livres, on cherche Dieu, dans la prière, on le trouve »
Tout au long du jour, il prie le chapelet et le soir, il ne s’endort jamais sans « son arme », « son épée », comme il l’appelle ».


SAINT LOUIS MARIE GRIGNION DE MONTFORT


Au XVIIIème siècle affirmait :
« Personne ne m’a résisté une fois que j’ai pu lui mettre la main au collet avec mon Rosaire ! »